le comportement du cheval

Avez vous remarqué que lorsqu’on monte un cheval, selon si on est de bonne humeur ou stressé, cela influence le comportement du cheval: je vous parle de mon expérience: lorsque je suis nerveuse, mon cheval l’est aussi et plus je suis détendue plus le cheval est agréable à monter. Ce qu’il y a aussi c’est qu’on peut très bien détendre le cheval qui lui aussi peut avoir ses humeurs et etre stréssé un jour ou plus calme "s’il est de bon poil" (rires).
 
Lorsque je me sens à l’aise avec mon cheval, que je suis bien avec lui, le travail en général se passe en souplesse et il m’arrive parfois de ressentir une harmonie qui se crée entre lui et moi lorsque je suis détendue et bien avec lui, c’est alors que  tout devient magique comme s’il n’y avait plus d’obstacles entre moi et lui que l’on formait un seul couple.
 
Le cheval est intelligent, il arrive assez rapidement à déceler à quel type de cavalier il a affaire, il nous observe en permanence lorqu’on est sur son dos, il ressent le moindre de nos gestes et analyse sans arret sinon comment serait il capable de réagir face aux ordres qu’on lui demande.
Bref, on ne frustre pas le cheval mais on lui propose des choses, ce n’est pas en étant trop gentil avec un cheval qu’on deviendra pour autant son ami, au contraire un cheval trop gaté peut aller jusqu’à manquer de respect à son cavalier voir devenir le dominant de celui ci, le rancher de mon stage de l’année dernière me disait:
c’est sympa de donner une carotte une pomme au cheval car en général le cheval ressent de la sympathie à celui qui lui donne à manger: il passe moins pour un prédateur car il ne le chasse pas, mais alors que se passe t-il si on répond à tous les caprices du cheval? Réponse: de dominant on passe à dominer
Je pense qu’il vaut mieux mettre les choses au clair dès le début avec le cheval: on est le dominant, un dominant dans la horde du cheval n’est pas quelqu’un d’agressif mais un chef protecteur, ainsi on est dominant mais on veut le bien du cheval.
Si on réussi à convaincre le cheval de se laisser dominer: qu’on est ferme mais qu’on sache aussi récompenser ses progrès alors notre compagnon aura envie de se joindre à nous,apprenons pour cela à nous mettre à la place d’un cheval, imaginons nous un instant dans sa peau: qu’est ce qui est juste et injuste: on peut très bien se poser la question: "si un patron réagissait de telle façon avec moi, est ce que je comprendrais ce qu’il a voulu me faire comprendre"
 
Pour ma part il est évident que si mon patron ne cesserait de me gronder sans cesse sans raison, je commencerai à sentir de l’animosité envers lui s’il n’y avait pas de raisons valables, et bien c’est pareil pour notre ami cheval, je cite cet exemple mais on peut en prendre plein d’autres. Je ne dis pas non plus d’etre trop analyste mais d’etre correct tel que l’on est avec soi meme. Le tout est de bien se faire comprendre par le cheval donc d’etre bref mais explicite.
 
Il ne faut pas chercher non plus a etre aimé par un cheval, cela est spontané, on pourrait dire la meme chose pour les hommes: on a beau adorer un homme mais on ne peut non plus le forcer à nous aimer, cela est naturel.
Bon, assez réfléchi pour ce soir
amicalement, Céline
 
Publicités
Published in: on 13 juillet 2005 at 22 h 31 min  Laisser un commentaire  

The URI to TrackBack this entry is: https://celineswesternlife.wordpress.com/2005/07/13/le-comportement-du-cheval/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :