le travail de l’argile

 
Comment j’ai découvert le modelage:
 
J’ai découvert le modelage à l’age de 13 ans grace à ma grand mère qui a fait les beaux arts, elle a beaucoup peint: sa spécialité c’est les huiles sur toile, elle en a fait pas mal sur les petits villages de la Dordogne, son style est naif (très détaillé)  mais plein de couleurs, en général, on apprécie beaucoup ses tableaux (dès que je refais un p’tit tour par le Languedoc Roussillon dans le Sud, j’en profiterai pour mettre quelques unes de ses toiles en ligne. Ensuite c’est grace à un stage et à mon école d’art appliqués que j’en ai encore plus appris à ce sujet
 
Voici la technique qu’elle m’a apprise pour le modelage:
 
il y a deux sortes d’argile:
argile gris et argile rouge qui en séchant deviennent plus clairs. ce matériau se fait cuire au four à très haute température mais pas dans un four traditionnel (faire cuire la terre chez un potier ou un céramiste) on peut aussi la laisser sécher à l’air libre mais il y a de fort risques pour qu’elle s’émiette au fur et à mesure (d’apres le potier). Il existe aussi de l’argile qui sèche à l’air libre (le plus pratique) meme si son cout est un peu plus élevé: conter 30 euros le sac.
cette matière est comme de la pate à modeler et se travaille avec de l’eau pour la lisser, assembler des morceaux entre eux et aussi avec des outils en bois et en métal pour l’évidoir): spatules, couteaux, évidoir mais on peut aussi lisser avec un pinceau et de l’eau (technique que j’ai inventée puis testée: ça marche très bien)
 
Tout d’abord faire un petit croquis au crayon du volume que vous voulez réaliser: ça peut etre ce qu’on veux: un personnage, un fruit, un bas relief etc….
Ensuite prendre une part d’argile de la taille que vous voulez en découpant une part comme dans un gateau si on veut que ça soit net ou en prennant avec ses mains.
Ensuite il faut malaxer la terre dans ses mains comme de la pate à pain: bien la travailler, la remouiller si elle est trop rigide ou trop sèche: la terre doit devenir souple et sans grumeaux puis couper en deux le morceau de terre afin de vérifier qu’il n’y ai pas de trous (bulles) dedans, car ceux ci generaient la cuisson (casse de la terre) si on la fait cuire. Si on en trouve, remouiller la terre un peu selon sa consistance puis la remalaxer: attention à ne pas mettre trop d’eau non plus car la boue est encore plus dure à travailler lol = la pate doit devenir ferme et agréable à travailler.
 
 
Maintenant que la terre est bien travaillée: on peut très bien créer un personnage: faire une masse horizontale, bien tasser la base de la  figure contre la table pour obtenir un socle plan et lisse puis monter modeler la figurine avec ses doigts une fois qu’on est sur du socle; créer le volume : on va sculpter et modeler une forme au départ: on peut creuser avec le couteau en bois, et les autres outils ou modeler avec ses mains tout en travaillant avec l’eau qui permet de lisser et les rendre souples= souvent veiller à ce que la terre ne sèche pas. Par exemple pour mon cowboy en terre, j’ai d’abord observé la forme générale puis j’ai sculpté dans la masse. 
 
Si mon volume manque de matière: j’ai oublier une forme pour créer un bras ou ma tete: c’est très simple: (d’apres mes cours de poteries) couper le morceau de la figurine avec lequel vous voulez rajouter une partie, le mouiller puis avec l’autre morceau que vous avez travaillé, faire la meme chose à l’extrémité: on va alors venir les assembler tous les deux (leur zone d’assemblage doit etre lisse et propre) en les rapprochant et en bordant les contours (attention: on doit mettre suffisement de matière tout autour afin qu’en séchant, ca ne se casse pas, on va alors ensuite lisser la forme= les deux morceaux se sont "fondus  dans la masse" pour obtenir une forme uniforme.
 
Souvent vous remarquerez que les petits détails sont fragiles: petits bras, petites mains etc…il faut penser à les renforcer en ajoutant un peu de terre autour tout en lissant en n’écrasant pas le volume crée mais en le resculptant avec les outils tel on corrige un trait avec un crayon en en juxtaposant un au dessus.
 
Pour ce qui est création de chevaux ou de personnages hauts sur jambes (il arrive que la terre s’alourdisse à cause de sa masse si on crée des gros volumes) on peut choisir d’évider l’intérieur du volume= couper un morceau en deux puis venir creuser avec l’évidoir puis refermer les extrémités du volume= technique qu’on utilise pour la cuisson ou bien on part d’une planche carrée en bois ou ronde puis on fixe des crochets ou des clous repliés en deux à lesquels on va ajouter du fil de fer qu’on entortille sur lui meme autour de tiges (fil de fer non tordu) autour duquel on va venir border la terre= squelette de la figurine pour les chevaux par exemple: j’en ai crée plein sans squelette et ils ne tiennent pas à cause des pattes, au moins avec un squelette en fil de fer, ils tiennent dans l’espace. Ensuite toujours pareil: resculpter ou ajouter autour le volume évidé si trop lourd ou tassé si ça marche: il faut expériementer tout ça et avec le temps on y arrive.
 
Si vous avez des questions, n’hésitez pas,
Céline
 
Publicités
Published in: on 17 octobre 2005 at 13 h 06 min  Laisser un commentaire  

The URI to TrackBack this entry is: https://celineswesternlife.wordpress.com/2005/10/17/le-travail-de-largile/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :