l’habillement à l’époque de la conquete de l’Ouest Américain

 
Dans l’Ouest Américain, au milieu du XIXeme siècle, le coton était relativement cher, pour palier cette absence de coton, les femmes filaient à la main des polis de bisons, de loup ou de coyotes mais celà sans grand succès. Le plus souvent, on taille pantalons, vestes et jupes dans la toile d’une tente ou dans la bache du chariot. Pour l’hiver, on y ajoute une doublure faite de fourrure de castor ou d’ours.
 
Jusque dans les années 1850, 1860, il n’existait pas encore d’industrie de la confection c’est pour celà que les femmes coupaient et cousaient les vetements de la famille. Petit à petit, le développement du convoyage permet de livrer des fripes achetées dans les grandes villes de l’Est ce qui facilite la vie des fermiers et des gens modestes qui peuvent enfin s’habiller à prix modique. Les habits se veulent pratiques et fonctionnels excepté le Dimanche et les grandes cérémonies familiales ou l’on doit etre élégant.
   Les couleurs prédominates sont le gris et les couleurs sombres pour les deux sexes. La femme porte une jupe en tire-taine avec un tablier épais qui protège celle-ci et un corsage de calicot. La chemise et le pantalon chez les hommes sont fabriqués dans du tissu grossier de laine et le gilet et la veste sont faits de toile épaisse; les bretelles en toile sont préférées à la ceinture car elles laissent les travailleurs plus libres de leurs mouvements.
 
Fin XIXeme, les femmes portent des chapeaux qui copient les modèles du XVIII eme siècle avec une abondance de flaurs, de bords démesurés, des plumes et des voiles. Ils se posent inclinés vers l’avant et se maintienent sur la chevelure avec de longues épingles.
 
 
 
L’habillement du cow boy:
 
 
Le chapeau: il sert à se protéger  du soleil, de la pluie, des grelons, il sert aussi à attiser le feu ou à porter de l’eau. Le chapeau se garde à table pour manger ou encore pour danser, ils portent le Stetson chapeau assez haut pour ne pas avoir trop chaud à la tete et à bords relevés pour le distinguer du sombrero.
 
les bottes: elles sont à talons hauts et biseautés pour pouvoir caler le pied dans l’étrier. Les journées à cheval parmis les buissons épineux et les morsures de serpents exigeaient une chaussure solide et montante. Le cow boy était pret à investir 60 dollards pour qu’un bottier lui façonne une paire de bottes à son pied.
 
les chaps: elles protègent les jambes du cowboy et évitent l’usure de son pantalon. A l’origine, le pantalon de coton était bien plus fragile que celui d’aujourd’hui, c’est alors qu’ils se sont mis à porter des jambières en cuir épais: "les chaparerras" en imitant les mexicains, celles-ci évitent que le cavalier n’ait les jambes lacérées lors de chevauchées dans les buissons.
 
Le jean: les cow boys l’emprunte aux mineurs de Californie: le Levi Strauss crée en 1853, sa grosse toile, sa solidité et son épaisseur et le fait que l’on puisse enflammer une alumette au premier frottement rend ce jean priviligié à partir des années 1860.
 
la chemise à carreaux: les chemises sont en coton, les pressions remplacent les boutons, les épaules, les manches sont renforcées. Ces chemises sont fabriquées en nouvelle angleterre et elles sont à carreaux
 
le gilet: le cow boy préfère le gilet à la veste qui le laisse libre dans ses mouvements pour tenir les renes et il apprécie ses nombreuses poches pour y glisser son paquet de tabac, ses allumettes, son couteau pliant, des clous, et surtout des amulettes comme des dents de castor, une dent de puma ou un petit morceau d’or. En hiver, on y ajoute par dessus une veste en peau de mouton, et lorsqu’il pleut ou il neige, un imperméable jaune, large et long qui enveloppe bien le cavalier.
 
Le mouchoir: Au travail, on doit se protéger le bas du visage de la poussière lors de la conduite d’un troupeau. Celui-ci sert aussi de lien ou instrument de signalisation.
 
Les gants sont de cuirs épais pour se protéger les mains lorsque l’on manie le lasso, ceux ci sont décorés parfois de franges, de perles ou de piquants de porc epic.
 
Le ceinturon permet de porter la boucle qui protège  le bas ventre du cavalier lorsque lors de montées afin que la corne ne viennent pas le heurter à cet endroit là.
 
 
 
Advertisements
Published in: on 24 janvier 2006 at 21 h 28 min  Comments (2)  

The URI to TrackBack this entry is: https://celineswesternlife.wordpress.com/2006/01/24/lhabillement-a-lepoque-de-la-conquete-de-louest-americain/trackback/

RSS feed for comments on this post.

2 commentairesLaisser un commentaire

  1. cool merci pour la leçon j\’espere la retenir merci à toi de ces informations ont apprends

  2. slt , moi c rémyta un sîte super, je suis d\’origine amériquaine, ma famille avait un ranch dans le colorados mais plus maintenant :(J\’adore la musique country etautre coi. Sa serais simpa de pouvoir se parler pour s\’échanger des images et des moment, viens sur mon blog et jte laisse mon msn si tu veux: remy1907@hotmail.fr tchao


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :