L’organisation du travail des cow-boys d’autrefois

 
Vers l’age d’or des cow-boys 1867 après la guerre civile, on doit s’organiser pour mener ces troupeaux de "longhorns" vaches à longues cornes du Texas vers les marchés de viande du Nord, il y a 1300 à 1500 kms à parcourir jusqu’à ces villes ce qui fait 2 à 3 mois de convoyage à raison de 14 à 16 kilomètres par jour. avec un total de 16 à 18 heures d’affilé en selle.
Pour un troupeau de 2700 tetes de bétail, on avait 10 ou 11 hommes pour s’en occuper, on pretait à chaque cow-boy 6 chevaux dont il était responsable, ce travailleur gagnait 25 à 30 dollards par mois. On faisait des rassemblements deux fois par an:
au printemps, on castrait puis on marquait les jeunes veaux nés pendant l’hiver avec le fer rouge, pour pouvoir les differencier de d’autres troupeaux appartenant à d’autres ranchers, puis en automne, on choisissait les bovins bons pour la vente.
Ce travail nécessite une organisation, en effet vers la fin des années 1870 et début 1880, on hiérarchise le convoyage:
 
  • A la tete, on trouve le "trail boss" le chef du convoi, il est payé 90 dollards par mois , il part le matin pour vérifier l’état de l’herbe et les réserves d’eau (lieu de rassemblement du bétail) plus un endroit  pour s’arreter le midi puis un autre pour y passer la nuit.
  • Pendant que le chef du convoi faisait des repérages, les cow-boys les plus expérimentés "les Point riders" prenait la tete du troupeau, en cas de danger ou d’obstacles, ils étaient là, ils étaient aussi essentiels pour maintenir la bonne cadence du troupeau.
  • Derrière les "point riders", on a les "Swings" et les "Flank riders" qui devaient faire en sorte que les betes étaient bien groupées.
  • A l’arrière, du troueau, les "Drags" étaient chargés de faire avancer les betes qui trainaient en route ou de rattrapper les veaux qui essayaient de s’enfuir, c’étaient les plus pauvres qui faisait ce poste car c’était la tache la plus ingrate, ils étaient couverts de poussières allant meme jusqu’à 3 cm d’épaisseur sur les vetements et le visage.
  • Derrière ceux ci se trouve le "Wrangler" qui est responsable du remuda, environ 50 à 60 chevaux utilisés durant le convoi, chaque cowboy avait 5 ou 6 chevaux.
  • Puis le "Chuck Wagon" le cuisinier responsable aussi du moral des troupes " Un cow-boy bien nourri est un cow-boy heureux disait-il." Il était non seulement cuisinier mais également docteur, dentiste et réparait les vetements déchirés, s’il y avait des bagarres entre hommes, il s’occupait de les calmer. Boeuf, haricots, pain de mais et café attendaient les cow-boys dans le chariot aux heures de repas.

 

 
 
Publicités
Published in: on 17 février 2006 at 0 h 49 min  Comments (1)  

The URI to TrackBack this entry is: https://celineswesternlife.wordpress.com/2006/02/17/lorganisation-du-travail-des-cow-boys-dautrefois/trackback/

RSS feed for comments on this post.

One CommentLaisser un commentaire

  1. Salut Céline,
     
    je viens de lire ton article sur l\’organisation du travail des cowboy et je voulais savoir si le travail était organisé de la meme façon dans les différents Etats ou est ce qu\’il y avait des spécificités en fonction des Etats et est-ce que le mythe du cowboy solitaire a-t-il réellement exister?
    Merci d\’avance
     
    Ptit Tigrou


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :