réfléxion du comportement du cheval avec les hommes

 
Voici quelque chose que je me suis rendue compte à force de connaitre les chevaux depuis l’age de 7 ans:
 
Le cheval tout comme nous a des émotions: joie, peur, stress, calme, ect… il est naturellement une proie, dans ses genes, les animaux tels que les pumas ou autres prédateurs les chassait pour leur viande, leur instinct naturel face à ces animaux est la fuite: le cheval dort debout, celà lui permet de prendre la fuite et d’etre plus attentif au moindre danger. Ses oreilles ont une excellente perception des sons, les bruits qui lui sont étrangers tout comme les objets qu’il n’a jamais vu dans son environnement et qui le touche ou lui font face peuvent le surprendre et le rendre plus tendu voir très tout dépend des chevaux tout comme leur degré de sensibilité.
Chaque cheval a une sensibilité plus ou moins forte, chaque cheval réagit de façon differente face à un évenement.
 
Prenons l’exemple d’un cavalier qui porte un chapeau pour la première fois avec un cheval qui ne connait pas cet objet, lorsque ce cavalier va vouloir enlever son chapeau, le cheval a tendance à se dérober (une de mes expériences). La première idée qui me vient à l’esprit est que ce cheval craint la présence de l’objet lorsqu’il se rapproche de lui.
 
Comment habituer son cheval à un objet familier?
 
Le role de la désensibilisation:
 
Afin d’habituer le cheval à cet objet, on va l’habituer progressivement et lentement à lui montrer que celui-ci est inofensif, ne présente aucun danger. Attention, ceci est un travail qui peut prendre un mois, une semaine voir plus (pour parvenir à savoir combien de temps on devra répéter l’exercice, il convient d’observer le comportement du cheval petit à petit face à cet objet. Le secret, les clés du cavalier western face à ce genre d’exercice est la patience et la mise en confiance et la confiance elle meme face à son cheval.
En effet, plus vous ferez confiance à votre cheval, plus vous serez compréhensif à son égard, plus vous aurez des chances que le travail porte ses fruits.
 
Le stress peut etre lié à un cavalier tendu ou une incompréhension du cheval face à un exercice demandé, ce qui peut amener le cheval dans l’énervement plus ou moins grand selon l’incompréhension: c’est bien pour celà je pense que notre moniteur nous demande d’etre le plus logique possible avec le cheval et que si on doute d’une action que l’on veut faire alors il ne faut pas la faire. On transmet des informations au cheval, celles-ci se doit claires et précises. Je pense que pour comprendre à penser "cheval" il faut savoir se mettre à sa place: que ferions-nous si notre patron nous parlait nous donnait des ordres incompréhensibles (je pousse un peu le bouchon) tout en s’énervant de plus belle si on ne comprenait toujours pas alors que c’était lui qui ne s’était pas bien exprimé? Eh bien pour ma part j’essayerai de comprendre un peu au début mais si le patron par sa propre faute ne faisait que hurler et se facher contre moi alors qu’il s’agit de sa propre faute alors je finirai par baisser les bras et lui en vouloir. Le cheval certes n’est pas un etre humain mais je pense que si parfois il s’énerve on ne peut pas dire qu’il s’agit que de sa faute, donc avant de punir le cheval, il faut aussi rechercher ou est l’erreur, peut etre que l’erreur vient de nous?
 
Je pense que les progrès en équitation viennent du fait qu’on arrive à aussi regarder ses propres erreurs avant de punir un cheval, il faut aussi savoir remettre en question son travail demander au moniteur un exercice mal compris mais aussi savoir observer quand le cheval se fiche de nous car celà peut aussi bien arriver que ceux ci essayent de nous en faire voir pour nous tester (notre niveau) ou de prendre le relai du dominant: si on agit pas comme le maitre dès le début alors ce sera le cheval qui en profiteras ensuite. POur celà, il est important de montrer qu’on est le maitre et celà se passe bien avant la reprise au box ou en passant le chercher au pré: c’est à ce moment que le cheval commence déja à observer notre attitude d’après mon expérience. Si le cheval essaye de nous marcher sur le pied, mordre ou nous prend pour son compagnon de jeux, c’est mal barré, on passe alors non pas comme un dominant mais un dominé ou un compagnon de jeu.
 Mais tout celà est question de feeling, le cheval le ressent si vous etes le dominant ou pas de part notre attitude envers lui (se faire respecter) mais aussi selon notre pensée exemple: si on a peur, si on est détendu, ect… tout celà il le ressent.
 
J’avais besoin d’exprimer un peu mes pensées pour une fois, le blog reste tout de meme un blog informatif pour le reste.
 
A Bientot,
Céline
Advertisements
Published in: on 5 avril 2006 at 22 h 40 min  Laisser un commentaire  

The URI to TrackBack this entry is: https://celineswesternlife.wordpress.com/2006/04/05/reflexion-du-comportement-du-cheval-avec-les-hommes/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :