la vie rude des pionniers

  

 
Les pionniers avaient des conditions de vie très difficiles au quotidien, en voici quelques caractéristiques:

la malnutrition:

Les pionniers souffraient de malnutrition et de carences alimentaires. Les enfants ne buvaient pas assez de lait, car on privilégiait l’élevage du bétail pour la viande. Les fruits et légumes étaient rares (d’ou les carences de vitamines). Le gibier était porteur de parasites intestinaux. Les problèmes intestinaux étaient fréquents: l’eau était souvent polluée et le gibier donnait des parasites.
Il faut attendre les années 1860-1870 pour qu’apparaissent les conserves, mais elles restent chères.

l’hygiène de vie:

Vers 1832-1834, on n’avait pas encore l’eau courante, aucune maison ne possedait une salle de bain, en effet la baignoire restait mobile: elle est faite d’un simple baquet de bois doublé de feuilles de plomb. Les plus fortunés y ajoutaient un tube en fonte, en acier, en cuivre ou meme en faience.
On prenait alors les bains près du poele une fois par semaine et l’eau servait à toute la famille. Certains encourageaient les enfants à se rincer la bouche, à se frotter les dents avec un morceau de bois, mais l’hygiène demeure très sommaire. On redoute pourtant les dentistes itinérants armés de leurs pinces.
Quand aux parasites et aux poux, ils font partie du quotidien du pionnier meme si les instituteurs tentent de lutter contre eux, en exigeant plus de soin de la chevelure ou en faisant raser le crane des écoliers.

les accidents:

De nombreux métiers avaient leurs dangers spécifiques comme l’explosion d’un baton de dynamite pour les mineurs, la chute pour les bucherons, l’affolement d’un troupeau pour les cowboys mais la chute de cheval restait la plus fréquente: on se remettait difficilement des fractures, on boitait, certains étaient paralysés, celà arrive souvent lors des rodéos lorsqu’on chevauche un taureau furieux ou un "bronco" (jeune cheval non débourré sans selle).
Les blessures par balle étaient rares et surviennent le plus souvent par accident.

Les cowboys se font une fierté d’avoir l’air insensible au mal comme le témoigne un anglais qui séjourna dans un ranch: un matin, il entend un coup de feu puis voit arriver un jeune homme à cheval qui s’assied et découvre calmement une profonde blessure à la cuisse. Tout en taillant un batonnet, il explique que son pistolet s’est déchargé accidentellement lorsque son cheval a trébuché. Il se fait ensuite un garrot, nettoie la plaie, puis remonte à cheval pour aller se faire extraire la balle à 50 kilomètres de là.

Heureusement les pionniers avaient aussi de nombreux plaisirs mais j’ai évoqué là les conditions dans lesquels ils vivaient.

ma pensée:

Je suis étonnée de voir que tout ces gens dans l’histoire aient vécu de telles conditions de vie. Comme quoi si je compare notre vie aisée d’aujourd’hui (hygiène, facilité de la consommation, progrès de la médecine, sécurité sociales, hopitaux ect…) je me rend compte que nous avons tendance à vivre dans le superflu, que parfois on ne sait plus se contenter des petits bonheurs, des petits plaisirs simples comme rester une journée avec sa famille, lire un bon livre ou passer des bons moments avec ses amis…etc… des bonnes choses qui ne nous coute pas cher. J’ai souvent l’impression que dans la société on veut toujours quelque chose en plus: consommer tout le temps mais je pense que c’est à cause de notre société moderne qui tend à nous faire oublier les bonnes manières et que la vie a ses richesses pas forcement dans l’excessivité.

Céline

 
Publicités
Published in: on 16 mai 2006 at 21 h 24 min  Comments (2)  

YEEEEEEE HAAAAAWWW!!!!!!

 
 
Ca y est je pars en vacances au ranch de Warm Creek Camp, c’est un petit ranch familial situé dans le Wyoming à 1h30 d’Idaho Falls Wow! Je pars du 18 au 24 Juin, reste le billet d’avion à acheter (j’espère que ce ne sera pas trop cher, mais en principe, j’ai assez économisé pour me le payer).
 Je vais faire du convoyage de bétail hihi! J’ai tout ce qu’il faut: le blouson, les bottes, la ceinture, le jean, le chapeau, je vais quand meme amener un dictionnaire (lol, on ne sait jamais)
 
Je vais réaliser mon reve wowowowoowwwww!!!!!!!!! yeeeeeeeahhhhhh!!!!!! et pour celà j’ai travaillé dur à MAc Donald’s pas pour des prunes hihi! Au moins mon argent aura bien servi et pour celà j’ai du pas mal économiser.
 
J’amènerai mon appareil photo et promis je vous en ramène, ça sera d’autant plus interessant que la famille n’est pas un ranch bidon, c’est une famille issue de vrais cowboys de génération en génération, on n’aura pas d’électricité par contre lol! Eclairage avec la lampe à pétrole mais on aura des douches extérieures, lol ça m’a fait rire et moins qui pensait qu’on aller se laver avec l’eau de la rivière, ça m’aurait quand meme beaucoup dérangée de devoir me deshabiller devant des gens
 
LOL à ce qu’il parait il y a un couple et quelqu’un d’autre, peut etre un garçon, on ne sait pas lol mais je m’en fiche je vais là bas pour travailler passer de bons moments avec les cowboys autour d’un bon barbecue, des chevaux et apprendre le vrai travail de ceux ci.
 
 Par contre je ne sais pas si je vais avoir envie de revenir en France après, je serai obligée lol!
 
 
J’ai 2 autres excellentes nouvelles: l’année prochaine j’ai l’opportunité de pouvoir travailler dans un ranch ici en France (celui ou j’ai passé mes 2 mois ou j’ai découvert l’équitation western) ils me proposé de m’occuper des chevaux et de debourrer les poulains puis j’ai mes grands parents qui ont des amis d’amis qui ont des chevaux au Canada et peut etre pourraient me prendre.
 
  Je suis trop heureuse!!!!! Wowwwwwwwww!!!!!!!!! Yeeeeeeeeeeee haaaaaaawwwwww!!!!!!!!!!!!
Céline
 
Quand on veux quelque chose, on peut l’avoir, il suffit simplement de se bouger et de se donner les moyens pour réaliser la vie qu’on veux et qu’on reve, rien n’est obligatoire lol tant qu’on est célibataire of course car on ne depend de personne.
 
 
Published in: on 15 mai 2006 at 16 h 31 min  Laisser un commentaire  

une radio Bluegrass ou on peut choisir ses chansons

 
Je n’avais jamais rencontré ça jusqu’à maintenant, d’habitude, les radios produisent des musiques au hasard, là c’est super car on peut découvrir quelques morceaux de Bluegrass en choisissant les titres que l’on veux entendre.Merci à cette radio au design "oldies".
 
 
Wow! excellent!!!
Published in: on 9 mai 2006 at 14 h 14 min  Comments (1)  

exemple de parcours de reining

 
 
Commencer au centre de l’arène, face au mur gauche.
1. Exécuter 4 spins à droite.
2. Exécuter 4 spins à gauche. Immobilité.
3. Galoper sur le pied gauche, exécuter trois cercles à gauche : les deux premiers cercles grands et rapides, le troisième cercle petit et lent. Changer de pied au centre de l’arène.
4. Exécuter trois cercles à droite : les deux premiers cercles grands et rapides, le troisième cercle petit et lent. Changer de pied au centre de l’arène.
5. Commencer un large cercle rapide à gauche mais ne pas fermer ce cercle. Continuer le long du côté droit de l’arène, passer la marque centrale et exécuter un rollback à droite à 6 mètres au moins du mur. Pas d’immobilité.
6. Revenir autour du cercle précédent mais ne pas fermer ce cercle. Continuer le long du côté gauche de l’arène, passer la marque centrale et exécuter un rollback à gauche à 6 mètres au moins du mur. Pas d’immobilité.
7. Revenir autour du cercle précédent mais ne pas fermer ce cercle. Continuer le long du côté droit de l’arène, passer la marque centrale et effectuer un sliding stop à 6 mètres au moins du mur. Reculer d’au moins 3 mètres. Immobilité pour montrer la fin du parcours.
Le cavalier doit enlever et montrer la bride au juge.
 
 
 
 
Published in: on 6 mai 2006 at 16 h 47 min  Comments (1)  

i enjoy oldies songs

Un petit morceau de Bluegrass sympa:
http://www.fileden.com/files/2009/8/10/2539131/BluegrassAlbumBand_NorthCountryWaltz.wav
Published in: on 6 mai 2006 at 16 h 35 min  Laisser un commentaire  

extraits musicaux, tous les classiques de la musique country, écoute en ligne

Published in: on 6 mai 2006 at 12 h 53 min  Laisser un commentaire  

graisser les cuirs: encore faut il une graisse efficace

 
Cool! J’ai trouvé une très bonne graisse pour les cuirs, elle est faite à base de lanoline, d’huile d’avocat et de cire d’abeille qui sont de très bons produits pour un bon entretient du cuir car ils le nourissent en profondeur, permet de les assouplir et de les rendre résistants aux déchirures.
 
Depuis le temps que je recherche une bonne graisse qui ne se contente pas que de faire briller les cuirs mais qui les nourrit et les protège, je suis trop contente!
 
ET ce produit il s’apelle : Effax, c’est une marque allemande que j’ai trouvé à Go Sport dans le rayon équitation.
 
Je vous le conseille
 
EN général, je me méfie de toutes les graisses à base de thérébentine, j’ai l’impression que ça abime le cuir plus qu’autre chose, par contre tout ce qui est à base d’huiles végétales telles que celles de ce produit ou de graisse animales comme la graisse de phoque me semblent parfaites. Par contre, j’achète toujours des produits exprès pour les cuirs, je ne sais pas les fabriquer et je n’oserai jamai faire un essai avec de l’huile d’olive sur mes bottes western lol!
 
 
Published in: on 6 mai 2006 at 12 h 22 min  Comments (1)  

Old west story, « Curly, the old cowboy »

 
Dans le Wyoming, dans un ranch perdu au fin fond des plaines, un jeune homme rend visite à un vieux cowboy qu’il a rencontré dans son village, le jeune homme fasciné par le bel harnachement de son cheval, lui demande d’ou il vient, ils sympathisent et c’est ainsi qu’il lui raconte lui aussi son aventure. Petit à petit, ils deviennent de bons amis et le cowboy l’invite à boire un bon café dans sa demeure.
 
Le vieil homme s’approche de son cheval lui hisse son authentique selle qui vient  de son arrière grand père qui lui meme était cowboy.
-"Tu sais jeune homme, le métier de cowboy ne s’improvise pas, il faut beaucoup travailler pour devenir bon, les gens qui croient qu’en 3 jours c’est bouclé se gourrent complètement".
– "Oui, mais aussi, je n’ai pas le temps, je dois au plus vite rassembler ce troupeau et le patron m’a dit que si en une semaine je ne savais ni manier le lasso, ni manier mon cheval, il me mettait à la porte et je n’ai pas trouvé d’autres boulots, mes parents m’ont inscrit dans ce ranch car c’est un de leurs amis."
– "Comment!!! En une semaine il veut que tu saches faire tout celà! Mais c’est impossible! Il faut plusieurs mois voir parfois des années pour devenir un cowboy efficace, ton patron a tout faux, crois en mon expérience, je suis né cowboy et ma famille qui a un ranch m’a tout appris depuis longtemps."
– Le problème c’est que j’ai déja pas mal monté à cheval mais juste pour des promenades, quand j’étais plus jeune mais de là à pouvoir faire le métier de cowboy en une semaine, j’ai encore à apprendre! Celà me semble impossible! Ce qui me gène c’est que j’ai souvent eu des problèmes avec les chevaux, mes amis se moquaient de moi en me disant que je suis vraiment nul à cheval et que je ne valait rien. Ces andouilles m’ont pas vraiment aidé, rires!
 
Le soleil levant offrait des reflets or et rougeoyants, quelques bruits de coyotes se faisaient entendre à l’horizon.
L’homme chaussa le pied à l’étrier et demanda au jeune homme de le suivre dans le corral.
-"Je vais te montrer quelques petites choses élémentaires: déja quand tu es sur ton cheval, tu dois te sentir à l’aise et n’oublies pas quand tu montes sur ton cheval  au moment de mettre le pied dans l’étrier de le regarder dans les yeux, celà crée la communication entre toi et lui, tu lui prouves que tu es là avec lui et non que toi sur le cheval."
 
Il fit marcher son cheval paisiblement, celui-ci maintenait son encolure basse et offrait un pas souple et détendu. Le reve, le jeune homme n’en croyait pas ses yeux, de sa vie jamais il n’avait vu une si parfaite harmonie entre un cavalier et son cheval, celà le faisait frissonner.
-"Tu sais petit une fois que tu es à cheval tu dois te sentir à l’aise avec lui, si quelque chose te gene le cheval le sentira, c’est pour celà qu’il est très important que tu ai bien réglé ton matériel au préalable et que tu sois à l’aise, détendu."
-"Les chevaux ont toujours été mes amis, je les aime du fond de mon coeur mais j’agis comme un nul, je suis trop gentil avec eux." J’ai des mauvais souvenirs de quand mes parents me battaient et du coup, je suis mal à l’aise quand il s’agit de corriger un cheval."
-"ça ne sert à rien d’etre trop gentil, il faut etre correct, si le cheval obéit, fait le lui savoir, allège tes aides, détends toi davantage par contre s’il ne veut pas travailler, montre toi, fais lui comprendre qu’on est pas là pour dormir."
 
Je vais te preter lonely, un de mes appaloosas, il est très docile, je te le confie pour cette après midi, demain si tu le souhaites, tu pourras rester ici au ranch, tu dormiras dans la chambre d’amis.
-"Wow! C’est vraiment très sympathique à vous, Curly"
-"Tu sais que tu peux me tutoyer Jesse, il n’y a aucun problème."
-"Merci Curl"
-"Bon, maintenant montres moi ce que tu sais faire."
 
Jesse fit marcher Lonely qui semblait très à l’aise mais ne faisait que bailler puis s’arretait toutes les cinq minutes.
"
-"Eh alors, tu fais quoi là?" "Tu dors ou quoi!" s’agaça t-il
-"Depuis le début de la scéance tu laisses ton cheval te prendre le dessus, réveilles le!"
 
Jesse rougit.
 
-"Fais moi avancer ce cheval bon sang!"
Jesse serra les jambes pour le faire un peu plus avancer puis avança ses mains en claquant avec la langue.
Curly remarqua son erreur: Jesse n’avait aucun controle sur lonely, il avait beau insister mais celà ne donnait aucun résultat tout simplement parce qu’il n’était pas le dominant."
 
-"Hey, hey, viens ici au centre, arretes toi."
-Ok
– "Descends de cheval s’il te plait."
Curly monta sur Lonestar, le fit marcher énergiquement puis lui demanda un petit trot, le cheval ayant changé de cavalier avait aussi changé son attitude, il n’était plus nonchalant comme quand Jesse était sur son dos mais très attentif, les oreilles pointées vers l’avant, le regard plus éveillé et il semblait presque craintif. En effet, Curly avait réveillé volontairement Lonely. Après quelques tours d’échauffements, il expliqua au jeune homme que l’attitude du cheval était liée pas seulement aux aides qu’on employait mais aussi au feeling.
Jesse était à 100 lieux d’imaginer que le cheval était aussi sensible, il ne l’avait pas trop appris tant ses camarades le raillait lors des promenades.
 
-Jesse, ce qu’il se passe c’est que tu manques de confiance en toi, tu n’es pas encore à la hauteur et ça se voit, meme moi qui ne suis pas le cheval, je le ressens. Celà viendra avec le temps."
– Oui mais le problème c’est que je dois y arriver au plus vite, je n’ai pas le temps."
– Ecoutes moi bien, tu fais comme tu le sens mais saches que les vrais cowboys de métier savent."
 
Bon maintenant, montres moi que tu as compris, met moi ce cheval en route!
Jesse insista mais mal, il mit de grands coups d’éperons à l’appaloosa et comprima de plus belle les jambes en tirant sur la bouche du cheval pour s’aggriper aux renes, le cheval fit des bonds phénoménaux et par série de rodéos et de pivots ultra rapides tenta d’éjecter et d’écraser son cavalier contre la barrière.
Curly attrapa les renes de Lonely ensemble, le stoppa et demanda à Jesse de descendre."
 
-"Tu as vraiment des problèmes toi"
Cette phrase mit Jesse en colère qui prévint le vieil homme qu’il en avait assez et qu’il voulait partir d’ici, et qu’il serait capable d’apprendre plus vite que Curly le pensait.
Or Curly savait bien que ce n’était pas gagné et il était très peu sur que Jesse soit capable de faire un bon cowboy en une semaine.
 
Le problème avec Jesse c’est que comme tous les gars de son age, il n’accepte jamais de perdre, il va toujours de l’avant ce qui était une excellente chose mais malheuresement, il ne sait pas accepter ses erreurs ni les reconnaitre et manque vraiment de patience et d’humilité, ce qui est pourtant primordial lorsque l’on monte à cheval, pensa Curly.
 
A suivre……
 
j’ai préféré ne pas écrire trop de pages d’un coup car celà rend la lecture pénible, la suite sera à venir dans quelques jours.
 
N’hésitez pas à me donner votre avis, positif ou négatif, celà pourra me permettre de m’améliorer.
Je vous en remercie d’avance,
 
Céline
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Published in: on 5 mai 2006 at 13 h 16 min  Laisser un commentaire  

reining: maintenir une bonne trajectoire sur les cercles

 
Après avoir fait la détente, au pas, au trot et au galop ainsi que les étirements, on a travaillé nos cercles au galop, l’épreuve de reining est très sévèrement notée tant dans la manière de guider le cheval avec les renes: avec adresse et fluidité que sur la qualité des trajectoires que l’on forme avec le cheval, tout est ici l’art de savoir guider son cheval tout en étant en harmonie avec lui. Cette discipline permet de développer la confiance entre l’homme et le cheval: en effet, l’art de guider un cheval ne dépend pas seulement des aspects techniques, bien maitriser les exercices est certes primordial mais encore faut-il que le feeling entre le cavalier et le cheval se crée aussi. Et pour celà, avoir confiance en son cheval, ressentir qu’on est le maitre est très important car le cheval lui-meme ressent tout celà, la preuve: si on donne un cheval X à un cavalier Y ce cheval va très bien obéir à ce cavalier tandis que si on le donne à un autre, il se peut que ça ne se passe pas pareil car le feeling avec le cheval ne sera pas le meme avec cet autre cavalier qui par exemple peut douter plus de lui que l’autre qui maitrisait super bien car le cheval ressentait que cette personne était dominante.
 
Les cercles:
 
Pour obtenir une bonne trajectoire, il est important de bien savoir accorder ses aides: utilser la neick rein, tout en sachant garder une bonne impulsion du cheval (garder les jambes en contact, tout en maintenant la jambe extérieure au niveau des hanches pour que le cheval conserve le galop sur le bon pied et aussi avec la jambe intérieure à la sangle qui permet au cheval de mieux suivre le cercle.
 
on a divisé la carrière en son centre dans la largeur, puis on est partis du centre pour former à gauche 2 grands cercles piste à main gauche, puis deux petits en gardant comme point de repère cette ligne du milieu. Puis arret glissé "stop" au milieu de celle-ci à la fin du 2eme petit cercle. On a effectué l’exercice piste à main gauche puis piste à main droite.
Attention! Ne pas oublier de saluer le juge au début lol!
 
 
Sur les grands cercles: galop plus rapide
sur les petits cercles: on passe à un galop plus lent
 
Voilà pour aujourd’hui je me suis régalée!
Bientot le concours le 1er et le 2 Juillet!
Hourra!
Published in: on 5 mai 2006 at 0 h 09 min  Laisser un commentaire  

Highwayman, the last cowboy song

 
if you want to listen to this song:
 
(All)
This the last cowboy song:
The end of a hundred year waltz.
The voices sound sad as they’re singin’ along.
Another piece of America’s lost.

(Waylon Jennings)
He rides the feed lots, clerks in the markets,
On weekends sellin’ tobacco and beer.
And his dreams of tomorrow, surrounded by fences,
But he’ll dream tonight of when fences weren’t here.

(Kris Kristoferson)
He blazed the trail with Lewis and Clark,
And eyeball to eyeball, old Wyatt backed down.
He stood shoulder to shoulder with Travis in Texas.
And rode with the 7th when Custer went down.

(All)
This the last cowboy song:
The end of a hundred year waltz.
The voices sound sad as they’re singin’ along.
Another piece of America’s lost.

(Willie Nelson)
Remmington showed us how he looked on canvas,
And Louis Lamour has told us his tale.
Me and Johnny and Waylon and Kris sing about him,
And wish to God we could have ridden his trail.

(Johnny Cash Verse Spoken Over Chorus:)
The old Chisolm trail is covered in concrete now,
They truck it to market in fifty foot rigs.
They roll by his markings and don’t even notice,
Like living and dying was all he ever did.

(All)
This the last cowboy song:
The end of a hundred year waltz.
The voices sound sad as they’re singin’ along.
Another piece of America’s lost.

(All)
This the last cowboy song:
The end of a hundred year waltz.
The voices sound sad as they’re singin’ along.
Another piece of America’s lost.

 

 

Published in: on 2 mai 2006 at 0 h 05 min  Comments (1)