Old west story, « Curly, the old cowboy »

 
Dans le Wyoming, dans un ranch perdu au fin fond des plaines, un jeune homme rend visite à un vieux cowboy qu’il a rencontré dans son village, le jeune homme fasciné par le bel harnachement de son cheval, lui demande d’ou il vient, ils sympathisent et c’est ainsi qu’il lui raconte lui aussi son aventure. Petit à petit, ils deviennent de bons amis et le cowboy l’invite à boire un bon café dans sa demeure.
 
Le vieil homme s’approche de son cheval lui hisse son authentique selle qui vient  de son arrière grand père qui lui meme était cowboy.
-"Tu sais jeune homme, le métier de cowboy ne s’improvise pas, il faut beaucoup travailler pour devenir bon, les gens qui croient qu’en 3 jours c’est bouclé se gourrent complètement".
– "Oui, mais aussi, je n’ai pas le temps, je dois au plus vite rassembler ce troupeau et le patron m’a dit que si en une semaine je ne savais ni manier le lasso, ni manier mon cheval, il me mettait à la porte et je n’ai pas trouvé d’autres boulots, mes parents m’ont inscrit dans ce ranch car c’est un de leurs amis."
– "Comment!!! En une semaine il veut que tu saches faire tout celà! Mais c’est impossible! Il faut plusieurs mois voir parfois des années pour devenir un cowboy efficace, ton patron a tout faux, crois en mon expérience, je suis né cowboy et ma famille qui a un ranch m’a tout appris depuis longtemps."
– Le problème c’est que j’ai déja pas mal monté à cheval mais juste pour des promenades, quand j’étais plus jeune mais de là à pouvoir faire le métier de cowboy en une semaine, j’ai encore à apprendre! Celà me semble impossible! Ce qui me gène c’est que j’ai souvent eu des problèmes avec les chevaux, mes amis se moquaient de moi en me disant que je suis vraiment nul à cheval et que je ne valait rien. Ces andouilles m’ont pas vraiment aidé, rires!
 
Le soleil levant offrait des reflets or et rougeoyants, quelques bruits de coyotes se faisaient entendre à l’horizon.
L’homme chaussa le pied à l’étrier et demanda au jeune homme de le suivre dans le corral.
-"Je vais te montrer quelques petites choses élémentaires: déja quand tu es sur ton cheval, tu dois te sentir à l’aise et n’oublies pas quand tu montes sur ton cheval  au moment de mettre le pied dans l’étrier de le regarder dans les yeux, celà crée la communication entre toi et lui, tu lui prouves que tu es là avec lui et non que toi sur le cheval."
 
Il fit marcher son cheval paisiblement, celui-ci maintenait son encolure basse et offrait un pas souple et détendu. Le reve, le jeune homme n’en croyait pas ses yeux, de sa vie jamais il n’avait vu une si parfaite harmonie entre un cavalier et son cheval, celà le faisait frissonner.
-"Tu sais petit une fois que tu es à cheval tu dois te sentir à l’aise avec lui, si quelque chose te gene le cheval le sentira, c’est pour celà qu’il est très important que tu ai bien réglé ton matériel au préalable et que tu sois à l’aise, détendu."
-"Les chevaux ont toujours été mes amis, je les aime du fond de mon coeur mais j’agis comme un nul, je suis trop gentil avec eux." J’ai des mauvais souvenirs de quand mes parents me battaient et du coup, je suis mal à l’aise quand il s’agit de corriger un cheval."
-"ça ne sert à rien d’etre trop gentil, il faut etre correct, si le cheval obéit, fait le lui savoir, allège tes aides, détends toi davantage par contre s’il ne veut pas travailler, montre toi, fais lui comprendre qu’on est pas là pour dormir."
 
Je vais te preter lonely, un de mes appaloosas, il est très docile, je te le confie pour cette après midi, demain si tu le souhaites, tu pourras rester ici au ranch, tu dormiras dans la chambre d’amis.
-"Wow! C’est vraiment très sympathique à vous, Curly"
-"Tu sais que tu peux me tutoyer Jesse, il n’y a aucun problème."
-"Merci Curl"
-"Bon, maintenant montres moi ce que tu sais faire."
 
Jesse fit marcher Lonely qui semblait très à l’aise mais ne faisait que bailler puis s’arretait toutes les cinq minutes.
"
-"Eh alors, tu fais quoi là?" "Tu dors ou quoi!" s’agaça t-il
-"Depuis le début de la scéance tu laisses ton cheval te prendre le dessus, réveilles le!"
 
Jesse rougit.
 
-"Fais moi avancer ce cheval bon sang!"
Jesse serra les jambes pour le faire un peu plus avancer puis avança ses mains en claquant avec la langue.
Curly remarqua son erreur: Jesse n’avait aucun controle sur lonely, il avait beau insister mais celà ne donnait aucun résultat tout simplement parce qu’il n’était pas le dominant."
 
-"Hey, hey, viens ici au centre, arretes toi."
-Ok
– "Descends de cheval s’il te plait."
Curly monta sur Lonestar, le fit marcher énergiquement puis lui demanda un petit trot, le cheval ayant changé de cavalier avait aussi changé son attitude, il n’était plus nonchalant comme quand Jesse était sur son dos mais très attentif, les oreilles pointées vers l’avant, le regard plus éveillé et il semblait presque craintif. En effet, Curly avait réveillé volontairement Lonely. Après quelques tours d’échauffements, il expliqua au jeune homme que l’attitude du cheval était liée pas seulement aux aides qu’on employait mais aussi au feeling.
Jesse était à 100 lieux d’imaginer que le cheval était aussi sensible, il ne l’avait pas trop appris tant ses camarades le raillait lors des promenades.
 
-Jesse, ce qu’il se passe c’est que tu manques de confiance en toi, tu n’es pas encore à la hauteur et ça se voit, meme moi qui ne suis pas le cheval, je le ressens. Celà viendra avec le temps."
– Oui mais le problème c’est que je dois y arriver au plus vite, je n’ai pas le temps."
– Ecoutes moi bien, tu fais comme tu le sens mais saches que les vrais cowboys de métier savent."
 
Bon maintenant, montres moi que tu as compris, met moi ce cheval en route!
Jesse insista mais mal, il mit de grands coups d’éperons à l’appaloosa et comprima de plus belle les jambes en tirant sur la bouche du cheval pour s’aggriper aux renes, le cheval fit des bonds phénoménaux et par série de rodéos et de pivots ultra rapides tenta d’éjecter et d’écraser son cavalier contre la barrière.
Curly attrapa les renes de Lonely ensemble, le stoppa et demanda à Jesse de descendre."
 
-"Tu as vraiment des problèmes toi"
Cette phrase mit Jesse en colère qui prévint le vieil homme qu’il en avait assez et qu’il voulait partir d’ici, et qu’il serait capable d’apprendre plus vite que Curly le pensait.
Or Curly savait bien que ce n’était pas gagné et il était très peu sur que Jesse soit capable de faire un bon cowboy en une semaine.
 
Le problème avec Jesse c’est que comme tous les gars de son age, il n’accepte jamais de perdre, il va toujours de l’avant ce qui était une excellente chose mais malheuresement, il ne sait pas accepter ses erreurs ni les reconnaitre et manque vraiment de patience et d’humilité, ce qui est pourtant primordial lorsque l’on monte à cheval, pensa Curly.
 
A suivre……
 
j’ai préféré ne pas écrire trop de pages d’un coup car celà rend la lecture pénible, la suite sera à venir dans quelques jours.
 
N’hésitez pas à me donner votre avis, positif ou négatif, celà pourra me permettre de m’améliorer.
Je vous en remercie d’avance,
 
Céline
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Publicités
Published in: on 5 mai 2006 at 13 h 16 min  Laisser un commentaire  

The URI to TrackBack this entry is: https://celineswesternlife.wordpress.com/2006/05/05/old-west-story-curly-the-old-cowboy/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :