travail du nez à la botte avec un « shank »

 
 
      Le shank est un mors à branches que l’on met aux chevaux de plus de 5 ans.
Pour ce qui concerne le travail du "nez à la botte" avec celui-ci: travail à 2 mains dans cet exercice:

Au départ pour cet exercice qui consiste à assouplir l’encolure du cheval, on forme un cercle d’environ 3 mètres de diamètre, on place le cheval bien correctement sur celui-ci et quand tout va bien: à condition de savoir tenir un cercle correctement, on passe à ce travail du nez à la botte.
 

la main intérieure doit venir se placer au-dessus du garot du cheval et elle est plus haute que la main extérieure qui reste souple et apposée contre l’encolure du cheval, ici c’est la rene intérieure et aussi l’action des jambes qui guident le cheval. Il faut veiller à équilibrer ses aides.

Cette rene intérieure se tient plus raccourcie que l’autre, elle va venir ramener le bout du nez du cheval vers l’intérieur: l’encolure va venir s’incurver vers l’intérieur et on parle de "nez à la botte" car le cheval doit venir ramener sa tete au plus près la botte (le cheval y arrivera petit à petit après plusieurs semaines voir mois d’entrainement, l’assouplissement se fait petit à petit tout comme pour nous lorsu’on fait de la gymnastique, c’est pareil."le nez à la botte" est une image mais un terme qu’on utilise pour décrire cet exercice. Les renes sont utilisées avec souplesse mais pas trop laches non plus, elles n’agressent pas le cheval mais le guident. Le cheval ne doit ni etre trop lent ni trop rapide, veuillez à une impulsion modérée= entre les 2. Une petite impulsion est nécessaire pour motiver le cheval à rester sur le cercle mais tout dépend des chevaux bien sur, certains sont déja très en avant donc inutile de trop pousser en avant.
 
Tout en essayant de garder un cercle correct et une bonne incurvation de la part du cheval, ses épaules suivent le cercle mais l’encolure reste à l’intérieur de celui-ci, on garde les jambes au contact mais on controle le cheval s’il a tendance à trop s’incurver à l’intérieur par exemple, on le ramènera vers l’extérieur avec la jambe intérieure, s’il se penche trop vers l’intérieur, le ramener vers l’extérieur. Les jambes encadrent le cheval, et cette action des jambes se fait par petites pressions. Si le cheval épouse correctement le cercle, inutile de trop pousser les épaules du cheval avec les jambes.
Si l’aide des jambes est insuffisante, on peut utiliser les éperons qui sont une aide à doser.
Le tout est de guider le cheval et non de rentrer en conflit avec lui, on doit veiller à ce que le travail soit relaxant, qu’il devienne autant un plaisir pour le cheval que pour le cavalier.
 
 
La bonne attitude à obtenir du cheval est qu’il soit décontracté, souple, sa queue ne doit pas fouetter pendant l’exercice car celà signifierait que l’on stresse le cheval durant l’exercice, celle-ci doit etre au repos= signe de calme et de décontraction.
Eviter à tout prix de stresser le cheval = très important pour tout exercice.
 
nb: on a travaillé aujourd’hui aussi le "nez à la botte" au trot, par contre, on l’a fait après avoir fait la détente au trois allures (sans le nez à la botte) c’est le meme exercice à part qu’on agrandit le cercle.
 
Bonne nuit, il est tard, je vais me coucher.
A Bientot,
 
Céline
 
Publicités
Published in: on 29 septembre 2006 at 0 h 34 min  Laisser un commentaire  

bric à brac de choses, pensées, video ect….

 
 
    Ah internet remarche
 
    Je suis contente j’ai gagné 30 euros au Blackjack (jeu à gratter) Yeeeeee haaaaaawwwww!!!!!!!!!!!!!!
 
J’ai de la chance car je joue depuis peu mais à chaque fois que je le fais je gagne yee peeee!!!!!!!!!!!!!!!!
 
Du coup cet après midi, j’ai joué au loto, lol ! on verra bien ce que ça donnera
 
Ah au fait j’ai trouvé une vidéo très sympa sur le reining:
 
 
 
Ah oui c’est formidable, mon prof d’équitation m’a dit que je me débrouillais très bien j’ai débourré un jeune cheval hier et il était plutot content de mon travail bien que il y ai encore 2 ou 3 bricoles à perfectionner. Je me dit que ça viendra avec le temps hihi!
 
 
Voilà c’est un peu court tout ça mais je ne n’ai pas grand chose à dire ce soir mise à part que je commence la traduction d’un livre historique américain très interessant et que ça fait du bien de travailler du coup en rentrant du cheval j’ai un peu commencé.
 
Je dois dire aussi que je vous conseille d’aller sur le site d’Eric, un ami car il a plein de choses interessantes dans son blog, il est vraiment gentil en plus ce cowboy je l’apprécie beaucoup.
 
Céline
 
 
Published in: on 26 septembre 2006 at 21 h 27 min  Laisser un commentaire  

On ne peux pas tous aimer les memes choses= la liberté d’aimer ce qu’on veux

 
   Les cowboys se font rares en France, souvent les gens dans mon pays à part quelques rares passionnés par la culture western en son entier monte pour le plaisir de l’équitation western mais la culture cowboy ne les interesse pas, on me regarde comme une étrangère lorsque je parle de musique country ou de vaqueros je devrais depuis longtemps etre partie vivre aux States là je m’ennuyerais pas je pourrai me balader avec mon chapeau sur la tete, mes bottes, mon ceinturon sans qu’on m’embete.
 
Ici c’est pas possible, les choses sont trop ancrées, et c’est vrai que j’ai tendance à oublier que ce n’est pas notre culture mais celle des américains. Alors ici, je n’ai pas ma place, je me sens une etrangere dans mon propre pays ouin!
 
Du coup je me force à m’habiller comme tout le monde= jean, baskets et j’en oublie la tenue du cowboy que je ressort pour monter dans mon club ou pour aller à la danse country.
LOL gare aux regards moqueurs ou étonnés des quelques parisiens lors de ces sorties là, j’enlève tout de meme mon chapeau que je tiens à la main pour ne pas gener les gens.
 
Ce qui me fait réfléchir à une chose= oui, c’est une bonne chose d’avoir une passion mais il faut s’adapter au monde qui nous entoure, garder les pieds sur terre, heureusement que j’ai mon blog pour m’exprimer sur celle-ci.
 
Je comprends tout à fait pourquoi je n’ai pas de commentaires sur mon blog, c’est certain que le western ne peux pas plaire à tout le monde et je trouve ça bien que pas tout le monde n’aime la meme chose ou alors on s’enuyerait, je suis toujours contente de rencontrer des passionés de culture western pour partager tout celà avec eux.
Published in: on 19 septembre 2006 at 16 h 54 min  Comments (2)  

« Don’t think Twice » Waylon jennings

 lien internet pour écouter « Don’t Think Twice »  WaylonJennings ci-dessous (double-cliquer dessus):
         
        Don’t Think Twice, It’s All Right

Music & Lyrics : Bob Dylan
Notes : also performed by « Peter, Paul and Mary »

It ain’t no use in calling out my name, Girl
Like you never did before
Ain’t no use in calling out my name, Girl
I can’t hear for you any more
When the rooster crows at the break of dawn
Look out your window and I’ll be gone
You’re the reason why I’m traveling on
Don’t think twice, it’s all right

Walking down that long lonesome road, Girl
Where I’m bound, I can’t tell
Good-bye is too good a word, Girl
So I’ll just say Fare thee well
We’ll in saying you treated me unkind
You could’ve done better, but I don’t mind
You just sort of wasted my precious time
Don’t think twice, it’s all right

It ain’t no use in turning on your light, Babe
That light I never knowed
And it ain’t no use in turning on your light, Babe
I’m on the dark side of the road
Still I wish there were something you would do or say
Make me change my mind and stay
We never did too much talking anyway
Don’t think twice, it’s all right

It ain’t no use to sit and wonder why, Babe
It don’t matter any how
Ain’t no use to sit and wonder why, Babe
If you don’t know by now
I’m a thinking and a wounded all the way down the road
I once loved a woman, a child, I’m told
I gave her my heart, but she wanted my soul
Don’t think twice, it’s all right

Bonne écoute:)

Céline

 

Published in: on 19 septembre 2006 at 16 h 09 min  Laisser un commentaire  

D’ou vient ma passion pour le western?

 
      Souvent on me pose cette question,et on me dit que ce n’est pas courant les gens qui aiment le western.
C’est vrai qu’il s’agit plus de la culture américaine que Française.
 
Eh bien, plus jeune, je connaissais que la bande dessinée de Lucky Luke et je montais à cheval et on avait fait un carroussel sur le thème des cowboys et des indiens, j’avais beaucoup aimé monter à cheval sans selle au grand galop, je jouait une indienne et parmis mon groupe on attaquait une diligence de cowboys (une ancienne voiture à cheval tiré par une mule), on était à la campagne dans un centre équestre qui faisait ferme en meme temps donc c’était facile d’avoir ce genre de matériel.
En réalité, je ne savais meme pas si les cowboys existaient vraiment, je prenait celà pour une légende, un déguisement mais je trouvais ça très sympa, à tel point que c’est un de mes meilleurs souvenirs de ma vie.
 
Mais bien que je dessinais deja des cowboys et que quand je montais à cheval je disais que j’étais un cowboy, je ne connaissais que le western grace à Lucky Luke comme tous les enfants.
 
C’est grace à un stage d’équitation western ou je suis restée pendant 2 mois dans un ranch au Sud de la France que j’ai vraiment découvert ce que voulait dire le mot "cowboy" et l’équitation western aussi. C’était il y a 3 ans et j’en garde un très bon souvenir.
Pour vous dire j’ai appris l’équitation américaine et je me suis occupée de chevaux, il n’y avait pas de vaches mais le rancher aimait la musique country, les films western, il vivait comme un américain moderne: il avait son pick up (camion américain), des mugs: tasses à café américain, une maison décorée style ranch et il était habillé en cowboy, sa façon de marcher, de parler, ses expressions dénotaient celles de l’ouest américain. A savoir il a vécu 15 ans avant aux etats unis, ce qui explique celà.
 
Après c’est devenu une vraie passion pour moi, une façon d’etre sans doute parce que je suis attirée par la campagne et les grands espaces, j’ai passé toute mon enfance et mon adolescence a la campagne, je vivais dans une petite ferme et j’avais un poney et aussi parce que les cowboys (les fermiers américains) m’attirent, leur façon de vivre, aussi, j’aimerai vivre qu’avec un cowboy.
 
Céline
 
Published in: on 17 septembre 2006 at 21 h 55 min  Laisser un commentaire  

vidéo spins and stops, reining

Published in: on 12 septembre 2006 at 13 h 27 min  Laisser un commentaire  

C’est mon anniversaire yeeee heeee!!!!!!!!

 
 
                                                                                  

 
 
 
 
       Aujourd’hui j’ai 24 ans!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
 
      WOW!
 
 
                                       

Yummmm! J’espère que j’aurai le droit à un bon gateau       LOL!
 
 
                                                          
Published in: on 8 septembre 2006 at 16 h 54 min  Laisser un commentaire  

travailler le dos du cheval: l’assouplir et le muscler

 
 
                                                             

 
 
        Hier, on a monté avec la monitrice Béa qui nous a donné de bons conseils pour bien maintenir un cheval en forme et comme vous le savez, le dos du cheval est assez solicité quel que soit le travail qu’on lui donne à faire et surtout en reining car on fait éxécuter des figures au cheval tels que les "spins", "les roll back", les "sliding stop" arrets glissés, les reculés, les changements de pied au galop sur des cercles lents et rapides qui ne se font pas sans entrainement, par exemple, pour apprendre un cheval à spinner, il faut environ 9 mois.
 
 
On a déja parlé de l’exercice du "nez à la botte", du déplacement des épaules et des hanches, de la cession à la jambe, et hier on a appris le travail de la flexion de l’encolure aux 3 allures.
 
APrès avoir travaillé le cheval aux 3 allures dans l’ordre= bonne détente au pas, nez à la botte, ect… puis après avoir trotté et galopé dans les 2 sens de la carrière (penser à faire faire des pauses régulièrement au cheval) on prend les renes à 2 mains, on les détend (on laisse glisser une longueur de renes qui n’est ni trop flottante ni trop ajustée) puis on écarte un peu les mains et on les descend, celles-ci doivent se trouver à peu près à la hauteur des genoux et on maintient les jambes au contact en donnant un peu d’impulsion au cheval.
 
Celui-ci en détendant, en descendant et en écartant un peu les renes va etre amené à baisser son encolure et à l’incurver en arc de cercle.
 
Erreurs à éviter:
 
  •  trop mettre de main (tirer sur les renes, avoir les mains dures) en meme temps qu’on donne de l’impulsion au cheval car celà l’empecherait d’avancer en meme temps qu’il fait l’exercice.
  • ne pas accorder pression dans les mains et dans les jambes en meme temps
  • trop mettre la pression au cheval, ok il faut le pousser mais pas non plus le tyraniser j’vous dit ça car des fois j’en voit qui arrachent la bouche à leur cheval alors c’est normal qu’il secoue son encolure dans tout les sens et se plie pour échapper à trop de pression)

 

Les exercices:

faire les 3 allures (allures cadencées) avec flexion d’encolure (le cheval doit garder son encolure courbe) sur plusieurs tours de carrière, (relacher sur quelques longueurs pour laisser les muscles se reposer) dans les 2 sens. Repasser au pas normalement, les chevaux se détentent.

En général entre 2 exercices, on fait une pause aux chevaux, la monitrice nous explique alors la marche à suivre, après avoir marché un peu, on vient s’arreter au centre de la carrière pour venir l’écouter.

ensuite meme travail avec des transitions d’allure et des arrets cette fois:

Travail au pas,

Meme exercice au petit trot, puis au trot allongé (rester assis) sur plusieurs tours, repasser au pas puis repartir au trot ect…

idem au petit galop transition au trot, transition galop-pas, départ au galop puis arret, repartir au galop, encore une transition au pas

départ au galop à juste puis à faux.

On doit garder une bonne impulsion pendant tous ces exercices car le cheval à tendance à ralentir car on exerce obligatoirement une petite pression dans la bouche, c’est pour celà qu’il faut le faire mais souplement.

Le cheval en courbant son encolure travaille son dos, il le muscle et se détend en meme temps en baissant celle-ci. Vous avez remarqué, souvent quand on travaille un cheval, il a tendance à baisser naturellement son encolure pour détendre son dos.

 

Published in: on 8 septembre 2006 at 10 h 13 min  Laisser un commentaire  

Histoire de W. Frederick Cody dit « Buffalo Bill »

           
 
Le Buffalo Bill’s Wild West show fait partie d’un des grands évènements de l’histoire américaine, je vous invite à lire son histoire:
 
 
 
         William Frederick Cody dit "Buffalo Bill" et histoire du "Wild West Show"
 
sources: recherche sur internet
 
 
       William Frederick Cody est né à Plate, Scott County dans l’Iowa le 26 Février 1846. Il passa sa jeunesse dans une prairie au plus près de la conquète de l’Ouest. A la mort de son père, il n’a que 11 ans, sa mère déménage au Kansas, ou il travaille pour une compagnie de chariots en tant que cow-boy. Il n’a alors que quatorze ans quand il participe à la ruée vers l’ort à Pikes Peak, puis rejoint le Pony Express l’année suivante.
 
Il fit partie de la chaine des messagers qui franchissent les Montagnes rocheuses afin de proter le courrier entre le Missouri et la Californie.
     
      Pendant la guerre civile, il servit d’éclaireur de l’armée fédérale entre les Kiowas et les Comanches.
A partir de 1863, il s’engagea dans la 7ème de cavalerie et passa à l’action au Missouri et au Tenessee. Il se maria avec Louisa Frederici à Saint Louis le 6 Mars 1866 et continua de travailler pour l’armée. Ses missions étaient de repérer les pillards indiens ou blancs et faciliter le passage des rivières.
 
En 1867, il est engagé par la "Kansas Pacific", une compagnie de chemin de fer, il est choisit pour chasser le bison "le buffalo" dpnt la chair est destinée à nourrir les ouvriers du chantier qui avancent dans la construction d’une ligne de chemin de fer de la "Kansas Pacific Railroad".
Son surnom "Buffalo Bill" vient des ouvriers qu’il fournit en viande fraiche. D’après les recherches, on dit qu’en 1867 il tuait environ 12 bizons par jour et qu’il aurait tué 4280 tetes en 17 mois.
 
En 1868, William Cody réintègre l’armée, il était le chef des éclaireurs pour la 5ème cavalerie et prit part à 16 batailles, dont la défaite Cheyenne à Summit Spring au Colorado, en 1869.
En 1872, il reçu la médaille d’honneur du congrès américain pour ses services rendus, mais cette récompense lui sera retirée en 1916 car il n’était pas un membre régulier des forces armées (il la recevra à nouveau en 1989, à titre posthume).
 
W.F Cody sera rapellé en 1876 dans l’armée comme éclaireur dans la campagne qui suivit la défaite de Custer à Little Bighorn.
 
 
Les débuts de la célébrité de WF Cody:
 
C’est grace à un journaliste de la cote Est Ned Buntline que W.F Cody dit "Buffalo Bill" commença à devenir célèbre. Il écrit les aventures de celui-ci en plagiant les romans de Feminore Cooper qui étaient très populaires à l’époque tout en mettant en valeur les exploits de Cody en y ajoutant des histoires dites "rocambolesques" que l’on racontait dans les saloons. Ce personnage devient un grand héros et ce à partir de 1869.
 
Buntline persuada W. Cody en  1872 de devenir le héros dans "Les Scouts des Plaines". Il assura ce role pendant 11 ans puis deviendra lui meme auteur et producteur de son autobiographie et de quelques romans d’aventures, aidé par Prentiss Ingraham.
 
 
Naissance du Wild West Show:
 
Après une expérience au théatre, Cody s’associe avec un dentiste du Nébraska, tireur d’élite amateur pour fonder en 1883 son "Buffalo Bill’s Wild West Show".
Le premier spectacle a eu lieu le 19 Mai 1883 à Omaha dans le Nebraska.
Pendant 3 heures dans la poussière, les spectateurs assistent à une attaque de diigence par les Indiens, au combat de Custer, aux acrobaties de Buck Taylor, ou au défilé de Sitiing Bull en personne. On dit celà de ce spectacle "moitié cirque, moitié leçon d’histoire, son spectacle fait de la conquete une aventure merveilleuse ou s’affrontent les bons et les méchants.
 
En 1884, une femme rejoint la troupe, la tireuse d’élite Annie Oakley.
Le Wild West Show fera non seulement le tour du pays mais se rendra également en Europe: à Londre en 1887 et à Paris en 1889.
 
Le spectacle commence mais la légende s’achève
 
De retour aux Etats Unis, Cody s’installe dans son ranch du Wyoming, une ville qu’il a contribué à fonder non loin du parc de Yellowstone.
 
En 1890, l’armée fait de nouveau appel à ses servicezs afin de ramener l’ordre lors des mouvements indiens associés à la "Ghost Dance". Il se rendit également à "Wounded Knee" après le massacre pour restaurer l’autorité.
 
W.F Cody s’éteignit le 10 Janvier 1917 à Denver.
 
Published in: on 2 septembre 2006 at 17 h 12 min  Comments (2)  

je suis contente je me suis achetée un harmonica

 
 
          Hier je suis sortie au Billy Bob’s et je me suis achetée un harmonica pourquoi? Eh bien parce que c’est un instrument de musique
très sympa: c’est simple, ça ne coute pas cher et ça fait un beau son 
Du coup, je me suis amusée à en jouer avant de partir au boulot et dans l’après midi, ça détend quand on en joue, et c’est gai.
Pour ce qui est des notes, il y a un mode d’emploi, on aspire ou on souffle selon les trous, mais c’est mieux de jouer pour les
découvrir, c’est comme un jeu. Mon harmonica me donne la joie, rien que le fait de me retrouver dans ma chambre sur mon lit
 à en jouer me donne de la bonne humeur pour la journée.  J’hésitais à apprendre la guitare mais ça coute trop cher.
Je pense que ce qui doit etre sympa aussi c’est d’en faire près d’un feu de camp avec des amis qui chantent ou jouent d’un autre instrument à coté.
La vie a ses petits plaisir simples, comme quoi parfois on a pas besoin de grand chose pour etre heureux
Il me tarde qu’on soit déja le lendemain pour en jouer un peu
 
Céline
Published in: on 2 septembre 2006 at 0 h 53 min  Laisser un commentaire