conduire un cheval ne veut pas dire le forcer mais l’inviter

 
 
  Voici un petit exercice qui nous a appris à mieux connaitre encore les chevaux, en équitation western, on force le moins possible le cheval à effectuer des exercices mais on lui montre l’exercice: par exemple pour tourner dans une direction, on pose légèrement la neck rein contre l’encolure en levant un peu la main et on aide un peu avec la jambe si besoin pour pousser les épaules du cheval dans la direction souhaitée= jambe à la sangle, si je veux tourner à gauche, j’exercerais une légère pression avec ma jambe extérieure: elle poussera les épaules du cheval vers la gauche en meme temps que ma rene d’appui (neck rein). En principe la "Neick rein" devrait suffire mais je peux venir aider avec ma jambe si le cheval ne répond pas.
 
Exercice du slalom, conduite à une main:
 
Bonne attitude à adopter:
 
Ne pas précipiter le cheval, il doit marcher détendu, l’encolure descend en signe de détente, la main est posée un peu au dessus du garot, ne pas la tenir haute, les renes sont détendues, le flot est souple mais juste comme il faut ne pas tenir des renes de 2 mètres non plus= le flot forme un arc de cercle.
 
Au démarrage, peu après la ligne de départ de l’exercice, si le cheval ne va pas comme on veut: par exemple, il accélère trop: le faire reculer de quelques pas comme pour lui dire "Non cheval ce n’est pas ça que je te demande." On est ferme mais inutile de rentrer dans le conflit, en western, on déteste ça. On cherche à faire comprendre le cheval de son erreur mais on ne l’agresse pas, ce n’est pas le but.
 
Si mon cheval part trop vers la gauche, je le déplace vers le coté opposé: observer s’il s’agit de ses hanches ou de ses épaules et agir en fonction de celles-ci.
 
Attention: c’est dès le début de l’exercice qu’il faut corriger si le cheval fait la bétise, c’est à dire dans la zone située avant celle des cones.
Pas après, si on n’agit pas dès les premières bétises du cheval, le reste de l’exercice: c’est à dire quand on sera arrivé au cones sera fichu car le cheval augmentera ou continuera de mal se comporter.
 
 
Attention:
 
Il faut d’abord laisser le cheval faire l’erreur et le corriger ensuite mais ne pas sans arret tenir les chevaux car après ils s’appuies dessus si par exemple, je met toujours une pression à la jambe pour pousser les épaules de mon cheval sur le cercle, il pourrait s’appuyer dessus et s’en servir la prochaine fois pour faire une bétise pensant que je ne lui fais confiance alors il n’essayera pas non plus de me donner.
 
Exercice de slalom:
 
Arriver dans la détente et ne travailler qu’avec la neck rein souplement, elle sert de guide mais ne met pas la pression au cheval, nul besoin de se servir des jambes sauf en cas de nécessité, pour aider le cheval à mieux comprendre.
Si mon cheval accélère lors du slalom, je dois l’arreter et le faire reculer de quelques pas pour lui dire "non" . (reculer= inverse de marcher vite). Si mon cheval ne tourne pas bien autour des cones, je le met sur un cercle et le lui mobilise ses épaules puisqu’il ne les mobilisait pas assez, ensuite il doit comprendre pourquoi je ne suis pas d’accord.
 
Cet exercice de slalom peut paraitre simple mais en réalité, c’est aussi un exercice qui demande de l’observation de la part du cavalier, si tout va bien ok on laisse aller mais si on sens qu’il y a inconfort à cause du cheval, lui donner aussi l’inconfort pour qu’il comprenne.
 
 
Stop entre 2 cones:
 
j’oubliais:
 
Erreur principale: le cavalier se laisse trop calculer, devancer par le cheval , il faut toujours réagir dès les premières tentatives de résistance de la part du cheval, on est trop prévisibles pour le cheval, du coup les chevaux nous calculent et après se moquent de nous.
 
Départ: prendre le petit trot puis stop entre 2 cones, sans précipiter le cheval.
Cet exercice paraissait pourtant simple et tout notre groupe l’a loupé au premier tour car le cheval est partit trop dans la précipitation.
 
Explication de la part du moniteur:
 
"Eh bien, vous avez tous eu du mal sur cet exercice, je vais vous expliquer pourquoi, vos chevaux sont tous partis dans la précipitation car vous vous etes tous seulement concentrés sur les cones là ou il fallait faire le stop."
 
Ce que j’ai pensé suite à celà:
 En effet, notre attention était totalement mobilisée par la fin de l’exercice, ce qui fait que nous étions beaucoup moins présent entre la zone de départ et la zone d’arrivée, cette distance qui fait pourtant aussi partie de l’exercice, je pense que les chevaux ont du sentir que notre attention était droit devant et non plus pendant l’exercice, du coup ils ont du sentir qu’on étais préssés de vite stopper entre les cones.
 
Advertisements
Published in: on 11 novembre 2006 at 15 h 36 min  Laisser un commentaire  

The URI to TrackBack this entry is: https://celineswesternlife.wordpress.com/2006/11/11/conduire-un-cheval-ne-veut-pas-dire-le-forcer-mais-linviter/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :