Comment mettre un cheval « en avant »

 
 
 
Que veut dire "mettre un cheval en avant", à quoi ça sert et comment exécuter cet exercice:
 
 
   Voici une phase importante en équitation western, en effet quand on travaille un cheval à l’entrainement, on doit toujours veiller à ce qu’il soit "en avant" c’est à dire qu’il soit engagé, que le cheval soit volontaire dans son travail, celà ne veut pas dire "aller vite" mais que le cheval soit rassemblé, le cheval doit engager ses postérieurs sous la croupe et les antérieurs suivent le mouvement de l’arrière-main, le cheval ne doit pas etre à la masse mais actif, son allure doit etre fluide, on doit le sentir à l’écoute de nos demandes.
 
Pour mettre un cheval en avant, déja on commence par marcher en comprimant un peu les jambes contre le cheval et on donne du rythme si celà ne suffit pas = "bumper" (on bat les jambes contre le cheval, on règle la pression et l’action des mouvements selon la sensibilité du cheval, ça on la découvre en le montant mais il ne faut pas avoir d’appréhension à vouloir demander au cheval d’avancer, (si le cavalier doute, il en sera de meme pour le cheval et ce n’est pas positif) on peut se servir une bonne fois pour toute d’un "bump" (battement des molets ) pour lui dire d’avancer, continuer tout au long de l’exercice que ce soit au pas au trot ou au galop,  continuer à donner le rythme en bumpant légèrement = accompagner le cheval avec ses jambes en légèreté, on peut également se servir des éperons qui sont une aide, pas nécessaire de brusquer le cheval mais de lui dire d’aller en avant avec du rythme = on peut bumper avec les éperons si besoin est si le bump avec les jambes est encore innefficace mais s’en servir doucement. Si le cheval a un ralentissement d’allure, donner 2 grands "bumps" ce qui va le faire accélérer un peu pour reprendre le rythme du départ.
Le rythme doit rester le meme: actif, allure constante et régulière ce qui ne veut pas dire vite non plus mais engagée: le cheval doit engager ses postérieurs et les antérieurs suivent.
 
 
Le role des éperons:
 
Les éperons ne constituent en aucun cas une agression contre le cheval, l’éperon est une aide que l’on doit apprendre à doser, le cheval est un etre vivant, tous ceux qui comptent s’en servir trop agressivement sont exclus du cours ou doivent descendre de cheval ou en général on doit rester en immobilité pour apprendre à reconnaitre nos erreurs, rester à cheval quelques minutes puis reprendre l’exercice quand le cavalier a pris conscience de son acte.
 
 
 
Comment accompagner le cheval dans cet exercice?
 
 
Pour ce qui est de cet exercice, le cavalier ne doit pas se fatiguer sur son cheval, c’est celui-ci qui doit se prendre en charge, c’est lui qui fait les exercices d’assouplissement et non son cavalier, il doit les exécuter les exercices demandés dans le respect, si le cheval n’a pas comprit, on lui redemande l’exercice, il est inutile de se facher s’il a pas compris tout de suite redemander, si au bout de plusieurs demandes il bronche, il feignasse, alors là je me permet de lui redemander avec plus de conviction, pour qu’il comprenne qu’il n’a pas le choix, qu’il doit obéir et que ici ce n’est pas lui le maitre.
Si le cheval a fait tout de suite l’erreur, je lui fait savoir immédiatement, car si on attend trop pour montrer au cheval qu’il a commit une erreur il ne comprendra pas et celà gachera l’exercice car celà génerera de la frustration, la sensation d’etre agressé pour rien et se mettra alors en colère contre son cavalier, or en équitation western, on ne cherche pas le conflit avec le cheval, on préfère en rester là durant un exercice s’il ya trop de pression  puis le reprendre un peu plus tard quand tout le monde sera calmé (cheval et cavalier).
 
On a travaillé la mise en avant lors de nos exercices d’assouplissement habituels:
 
détente au pas sur le grand cercle, on sépare le groupe entier des cavaliers en 2, on sépare la carrière en 2 moitiés la première moitié du groupe prend une partie, la deusième moitié prend l’autre et on travaille non pas en carré mais sur des cercles.
 
on travaille plusieurs tours au pas dans les 2 sens du cercle,
puis au trot,
pour le travail du galop, on resépare notre groupe en 2.
Ce qui fait qu’au départ en tout sans avoir séparé la carrière en 2 on était 12 cavaliers.
on a divisé la carrière en 2 moitiées pour obtenir 2 cercles = on a 6 cavaliers de chaque coté
mais pour l’allure du galop, on est 6 personnes sur chaque moitiée mais on redivise en 2 = on a 3 cavaliers qui travaillent sur le cercle alors que les 3 autres restent au centre et observe les autres en attendant leur tour. Puis les 3 qui ont travaillé le galop laisse leur place sur la piste à ceux qui attendent puis on travaille dans l’autres sens. Si on a démarré piste à main gauche après le passage de l’autre groupe on passera ensuite piste à main droite.
 
 
Pour le trot: on travaille au trot enlevé pas comme d’habitude car on allonge l’allure = on trotte au trot allongé
 
Quand le cheval répond bien à l’exercice, on relache un peu la pression dans les renes, on les garde fluides, on n’est pas obligés de travailler à une seule main, on peut aussi prendre les 2 en entrainement (contrairement aux concours ou le cavalier doit soit prendre une seule main, soit les 2, il ne peut pas changer durant une épreuve, le choix est définitif.) Là on peut se permettre de prendre les renes dans une seule main et si on se sent plus à l’aise à 2 mains ou que ça se passe moyen au niveau de la direction avec le cheval (par exemple, on a encore du progrès à faire avec la neick rein, on ne la maitrise pas encore ou encore on a un cheval qui a mal été débourré au début avec la direction alors on peut très bien prendre les 2 mains, c’est nous qui devons le ressentir.
 
Penser à maintenir des distances et si on est trop près du cheval de devant, on peut agrandir son cercle (nb: on travaille toujours sur des cercles = 2 cercles du 8 de chiffre de la carrière: un groupe travaille dans un sens sur le premier cercle et l’autre dans l’autre sens sur l’autre cercle (on ne travaille jamais dans le meme sens = question de sécurité).
 
On va aussi après apprendre à mettre les chevaux en avant sur des cercles d’environ 3 mètres de diamètre chaque cavalier va sur son cercle et garde son cheval en avant sur celui-ci.
Cet exercice nous sera utile pour la préparation de l’exercice du "nez- à la botte" mais nous en sommes pas là encore, on doit d’abord apprendre à bien savoir tenir un cercle.
 
((D’ailleurs le moniteur a ajouté à ce sujet que nous nous contentions trop souvent de faire l’exercice du "nez-à la botte" sans savoir vraiment le faire ce qui était inutile pour les chevaux et que nous en avions encore à apprendre avant de faire cet exercice, aussi nous avons trop négligé l’exercice du déplacement des épaules du cheval sur un cercle et que ça se ressentait quand on montait les chevaux, ils ont besoin d’etre davantage assouplits dans les épaules.))
 
 
Cet exercice  pour mettre le cheval en avant aide aussi pas mal à préparer un cheval pour avoir un bon stop:
 
Sur cette démonstration, le moniteur est au galop sur un cercle:
Tant qu’il donne du rythme à son cheval en bumpant, il maintient son allure, dès qu’il arrete de donner du rythme, son cheval repasse au pas puis s’arrete "stop" lorsque celui-ci décolle les jambes du cheval et s’assoit bien dans la selle.
Sur des chevaux bien entrainés, on n’a plus besoin de "bumper" en donnant du rythme mais sur les notres qu’on entraine, on doit encore apprendre à les mettre en avant car ils sont trop mous car nous les avons pas habitués à avoir une allure active mais nous nous contentions seulement de les laisser à des allures lentes.
 
 
On a ensuite fait l’exercice suivant toujours dans le cadre de la mise en avant:
 
Exercice du cercle de 3 mètre de diamètre au trot:
 
travailler sur un cercle à main gauche ou à main droite en mettant le cheval au trot tout en gardant un rythme régulier dans les allures, le cheval doit garder une allure constante, en général on ressens lorsqu’il va vouloir ralentir pour passer à l’alliure inférieure, et donc on va lui redonner un peu d’impulsion en faisant 2 bumps, puis on continuera à garder le rythme du trot demandé en bumpant, ça c’est de moi (c’est comme un morceau de musique, le bump accompagne le rythme de la mélodie), à part que là on n’est pas obligé de bumper comme des maldes, le bump n’est pas une agression, il accompagne le rythme du cheval et se fait sans l’agresser.
 
 
 
Published in: on 12 janvier 2007 at 0 h 24 min  Laisser un commentaire  

The URI to TrackBack this entry is: https://celineswesternlife.wordpress.com/2007/01/12/comment-mettre-un-cheval-en-avant/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :