Le placé

 
 
   Jeudi dernier, j’ai appris un exercice de renforcement musculaire et d’assouplissement pour le cheval très intéressant en équitation western qui s’apelle le placé:
 
 
Hier après midi j’ai également monté, mais je ne l’ai pas encore rédigé ce que j’ai appris, ce sera pour la prochaine fois
 
 

Le placé :

Jeudi dernier, j’ai travaillé « le placé » avec Georges.

On a fait cet exercice sur des grands cercles au trot.

Pour faire le placé, on garde le cheval à un trot ni trop lent ni trop rapide mais suffisant de manière à ce qu’il engage ses postérieurs sous lui et on lève avec légèreté ses mains puis on les garde à cette même hauteur (ne pas lever les mains trop haut non plus) de manière à ce que le cheval vienne baisser sa tête et son encolure, il vient alors « s’appuyer » sur son mors, on sent d’ailleurs la présence de sa bouche se poser contre son mors. On lève ses mains puis on relâche la pression tout en conservant une bonne impulsion qu’on donne avec ses mollets à l’aide de petites pressions accompagnatrices. Surtout on ne lève pas les mains de manière continue. On lève le temps de quelques foulées puis on relâche la pression en tenant ses rênes comme d’habitude pour que le cheval se repose entre temps.

Il s’agit d’un exercice d’assouplissement qui muscle en même temps le cheval.

Le trot équivaut au jogging chez l’homme, c’est une allure bénéfique pour muscler également son cœur et ses membres.

Il faut écouter son cheval et ne pas non plus trop forcer. Attention on ne doit pas fatiguer son cheval. Il ne doit pas être essoufflé. Le cheval a ses limites tout comme nous quand on fait de la gym. Un bon exercice est celui qu’on fait faire progressivement à son cheval. S’il n’arrive pas à baisser son encolure complètement c’est qu’il lui faut encore du temps pour s’assouplir et il finira par le faire quand il sera suffisement assouplit de scéances en scéances.

Il est important de garder un trot constant et de donner de l’impulsion au cheval en donnant des jambes afin que cet exercice soit réalisable. Le cheval doit aller de l’avant.

Il ne faut pas non plus s’accrocher au cheval avec les jambes mais l’accompagner avec. Quand on parle de « donner des jambes » il s’agit de donner de l’impulsion avec ses mollets et on ne se sert des éperons qu’en dernier recours si vraiment le cheval malgré une bonne action de jambes ne répond pas.

L’exercice se fait dans la douceur et non dans la brutalité. Le cheval doit se décontracter et cet exercice de placé lui permet d’apprendre à baisser son encolure, à muscler sa nuque, son encolure et son dos.

L’erreur que j’ai faite Jeudi dernier c’est que je n’étais pas assez souple dans mes mains. J’ai des mains trop dures. Alors je dois réapprendre la douceur.

Pour vérifier si notre trot est constant, a une cadence réguliere, il suffit d’écouter les foulées de son cheval. Le « tac tac » du trot est comme la mesure d’un métronome qu’on utilise lorsqu’on joue un instrument de musique. Le « tac tac » doit être régulier. Je fais en sorte que mon cheval garde la même cadence dans son trot.

 

Céline

 

ps: la prochaine fois, je prendrais en photo un de mes dessins pour illustrer mon article ça permet de mieux comprendre quand c’est illustré je trouve.

 

Publicités
Published in: on 10 mai 2009 at 18 h 43 min  Laisser un commentaire  

The URI to TrackBack this entry is: https://celineswesternlife.wordpress.com/2009/05/10/le-place-2/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :