La prière du cow-boy

 
    
 
Voici un poème que j’ai crée il y a 6 ans.
  

La prière du cow-boy:

Cheval, mon ami, je te dédie ce poème en ma reconnaissance envers ton courage, ta volonté et ta générosité.

Les troupeaux je les ai menés en ta compagnie. Je ne travaillais jamais seul car tu étais mon ami.

Le vent, le froid, l’orage, la pluie, rien ne nous a séparé si ce n’est qu’à chaque fin de journées.

Tard, le soir, mon réconfort était de te retrouver à l’écurie.

Dans mon cœur brille cet amour que nul n’éteindra si ce n’est que la mort.

J’ai pourtant appris à être seul

Je me suis battu contre mon orgueil.

Tu m’as appris la modestie, la patience, la sincérité, le courage, la joie de vivre.

Je te dois mon honneur, je t’ai dressé depuis tout petit et tu as appris à me découvrir.

Je te dois mon pardon si je t’ai blessé à cause de mon orgueil.

Que nos forces soient réunies vers un jour meilleur, celui de la beauté de la vie et la joie de partager.

Auteur: Céline G. (moi)

Publicités
Published in: on 30 décembre 2009 at 18 h 23 min  Laisser un commentaire  

Ce qu’il s’est passé avant que Jesse J. soit assassiné d’après Zeralda James sa femme

 
 

ci-dessus: Jesse James à l’âge de 17 ans

      Je vous propose de lire le témoigna nous explique dans quelles circonstances elle se trouvait avec lui peu de temps avant la mort de celui-ci.
 
Avant de vous faire part de son témoignage, j’ajoute une petite note:
 
   Je pense que le point de vue d’un des membres les plus chers de Jesse J. puisqu’il s’agit de sa femme est le plus à même de nous dire la vérité à son sujet.
Je m’exuse de ne pas avoir noté la source car je n’ai pas pensé à la noter le jour ou j’ai fais ma recherche. Ce texte n’est donc pas de moi, il est copyright alors je le citerais entre " et dès que j’aurai retrouvé l’auteur du livre ou se trouvaient les textes, je n’hésiterai pas à les mentionner. Ceci dit je peux au moins vous le traduire en français.
 
Céline G.
 
 
Témoignage de Zeralda James qui était la femme de Jesse James:
 
"Quand Jesse était à la maison, il faisait toujours ce qu’il pouvait à propos de la maison. Le jour ou il a été tué, il avait été avec moi dans la cuisine toute la matinée jusqu’à ce qu’il vienne dans le salon avec les autres gars. J’étais malade à ce moment-là et il me donnait un coup de main car ce n’était pas sécuritaire d’engager une femme de ménage.
Il y a des gens qui croyaient que j’avais une tonne de monnaie mais c’est faux…"
 
Jesse avait l’habitude de recevoir régulièrement les journaux à la maison et lorsqu’il apprit que "Dick Liddle s’était rendu, il dit que celui-ci était un traitre et qu’il méritait d’être pendu."
 
"Le dimanche avant qu’il soit tué, il m’a dit qu’il voulait aller chez sa mère dès que possible pour voir johnnie… L’hiver dernier, Jesse me disait qu’il voulait s’installer dans une ferme. Nous ne pouvions jamais rester au même endroit car les officiers nous courraient toujours après. Nous avons vécu à Nashville pendant deux ans sous le nom de "Howard"² et ensuite on a été chassés de chez nous. S’ils avaient juste laissé Jesse un peu en paix, nous aurions très bien vécu et Jesse aurait été un honneur pour son pays."
 
 
Note de l’auteur (moi) au sujet de "Howard" le pseudonyme de Jesse James ainsi que celui de Frank James son frère et de son fils:
 
Jesse Woodson James tout comme son frère Alexander Franklin James (Frank James) se cachaient sous d’autres noms que les leurs afin de ne pas êtres découverts par les autorités de l’état (police, sheriffs, détectives privés ect…) qui les recherchaient à cause des crimes qu’ils avaient commis: vols de banques, de trains, attaques de diligences, meurtres ect…
 
Jesse James se cachait sous le nom de "Thomas Howard" et Frank James sous celui de "Ben Woodson". Le surnom du fils de Jesse J. et de Zeralda était "Tim", il était connu sous le nom de "Tim Howard" et non sous celui de "Jesse Edward James" qui était son vrai nom.
D’ailleurs d’après le livre "In the shadow of Jesse James" écrit par Stella Frances James" qui était la femme de Jesse Jr corrigé par Milton F. Perry et publié par "The revolver Press" en 1989, page 75:
 
Quand il était petit Jesse Jr connu son oncle sous le nom de "Ben Woodson" et il prit l’habitude de devoir l’apeller comme ça.
 
 
 
Published in: on 30 décembre 2009 at 14 h 08 min  Laisser un commentaire  

L’évolution du transport ferroviaire aux Etats-Unis de 1828 à 1914

 
                                                                                                

          
ci dessus: locomotive des années 1880 à Laramie
 
                                                                              source de l’image: http://trianglecranch.com/catalog/product_info.php?cPath=21_81&products_id=247
 
                               Voici un article très instructif que j’ai trouvé sur l’encyclopédie multimédia Hachette. Je l’ai résumé et celui-ci parle de chemins de fer mais surtout de l’évolution des locomotives qui ont permis un progrès énorme dans le développement du transport ferrovaire aux Etats-Unis.
 
La ligne de chemin de fer Baltimore-Boston fut terminée en 1828 mais il faudra attendre 1866 pour que s’établisse la première liaison transcontinentale.
C’est grâce aux locomotives qu’ils ont importé  d’Angleterre que les Etats-Unis ont vu progresser leur transport ferroviaire. En effet, les anglais étaient plus fort sur le plan industriel qu’eux.
 
                             Tout débuta en 1829, les USA se mirent à importer les locomotives anglaises (une centaine de 1829 à 1841).
 
En 1829, la compagnie "Delaware & Hudson Railroad" acquit la "Stourbridge Lion" mais hélas celle-ci étant encore trop lourde, elle risquait d’endommager les rails.
En 1831, la "Camden & Ambroy Railroad "la "John Bull" qui se révèla plus satisfaisante et assura le transport de passagers dans tout le New Jersey.
En 1830, les américains commencèrent à construire leurs propres machines. C’est alors qu’apparait la "Tom Thumb" de Peter Cooper qui avait 1 KW de puissance.
C’était encore un peu lent à l’époque puisqu’une voiture à cheval lancée en plein galop pouvait la dépasser mais le moteur à vapeur plu aux représentants de la "Camden & Ohio Railroad. "
Le jour de Noel de la même année, la "Best Friend of Charleston" qui fut la première locomotive commercialisée aux USA tracta le premier train américain (141 passagers) sur une ligne régulière.
 
           Les machines américaines comportaient 4 roues motrices mais elles n’étaient pas facilement manoeuvrables, c’est alors que John B. Jervis, ingénieur à la "Mohawk & Hudson Railroad" construisit une locomotive "L’Experiment" (1836) de 2 roues motrices et d’un bogie avant orientable qui lui confera une plus grande souplesse dans les virages et augmenta progressiement sa rapidité puis diverses locomotives se succédèrent, c’est une période d’innovation importante ou on fit de grandes découvertes:
 
En 1836: Apparition de la machine à 8 roues "la General" (en comptant le bogie et les 2 essieux moteurs), elle a été inventée par Henry Campbell de la Philadelphia Railroad, elle deviendra la locomotive typique américaine et le restera pendant 1/2 siècle.
 
1839: Joseph Harrison met au point un système d’équilibrage assurant une meilleure répartition du poids sur les essieux puis Isaac Dripps de la "Camden & Ambroy Railroad" inventa le chasse-pierre frontal dont il équipa la "John Bull" et qui pallia certaines déficiences du réseau de chemin de fer américain comme l’absence de barrières protectrices le long des voies.
 
1836: En Pennsylvanie, les locomotives furent munies de sablières car il y avait une invasion de criquets. Le sable permit aux roues d’adhérer sans risquer de glisser sur les criquets puis elles furent équipées aussi d’habitacles (de toile puis de bois) pour protéger les conducteurs des rudes hivers surtout ds les états du Nord puis apparaitra des cloches et des sifflets comme avertisseurs au moment de franchir des croisements.
 
1869: A la veille de la guerre de Sécession jusqu’à 1914, on augmenta la taille et la puissance des locomotives, on modifia le nombre des essieux moteurs.
La compagnie "Baltimore & Ohio" adoptera des engins à 10 roues (4-6-0).
Celle de Lehig Valley augmenta ses performances grâce à l’introduction de locomotives de type (2-8-0 ou 1-4-0 suivant la notation française).
Pour agrandir le foyer, il fallut le déplacer, il était installé à l’origine entre les 2 essieux moteurs arrière, il fut ensuite logé entre des roues de faible diamètre. Cette disposition caractérisa le type "Atlantic" (4-4-2 ou 221 de 1885 qu’allait supplanter la loco "Pacific" (4-6-2 ou 231) adoptée par tous les réseaux.
 
 
Published in: on 29 décembre 2009 at 23 h 23 min  Laisser un commentaire  

Cookies au beurre de cacahuètes

 
   Voici une recette délicieuse venant des USA Je l’ai testée il y a 2 ou 3 ans et ça été un grand succès, mes amis du cheval, là ou je montais avant l’ont adoré
Lol, j’avais transporté les cookies dans une boîte dans mon sac à dos pour me rendre à vélo à une 10 aines de bornes là-bas et ils étaient encore tous tièdes car ils venaient juste de sortir du four. Ca réchauffe, c’était l’hiver et c’était agréable d’avoir comme une sorte de radiateur dans le dos
 
C’est très bon mais attention, la recette est très copieuse alors un peu d’exercice après n’est pas négligeable lol
 
Pour la recette:
 
 
 
ingrédients:
 
Pour 20 cookies:
 
préparation: 15 min/ cuisson: 10 min par fournée
100 g de beurre mou/ 100 g de beurre de peanut/ 75 g de sucre roux/ 75 g de sucre normal/ 1 oeuf/ 150 g de farine/ 1 cuil. à café rase de levure chimique/ 75 g de cacahuètes salées concassées.
 
 
Réalisation:
 
Préchauffez votre four à 180°c (th.6).
Dans un saladier, mélangez le beurre et les sucres jusqu’à ce que le mélange soit bien crémeux.
Ajoutez l’oeuf puis mélangez. Ajoutez le beurre de cacahuètes puis mélangez. Ajoutez alors la farine, la levure et les cacahutes concassées, puis
remuez jusqu’à l’obtention d’une pâte souple.
Disposez 7 tas de pâte de la taille d’une noix sur une plaque de cuisson, en les espaçant bien.
Enfournez et laissez cuire pendant 10 minutes environ. Les cookies doivent être blonds, mais encore très souples.
Laissez les refroidir 2 minutes pour les raffermir un peu, puis déposez-les sur une grille pour les refroidir.
Faîtes cuire le restant de pâte de la même manière. Ces cookies se conservent 2 jours dans une boîte en fer blanc.
 
source: "Cookies, muffins & Co" de Pascale Weeks, éditions FIRST
 
Published in: on 28 décembre 2009 at 13 h 02 min  Laisser un commentaire  

Joyeux Noel

 
    Désolée, j’ai un p’tit peu de retard car j’ai été très occupée mais j’en profite pour consacrer une p’tite page pour le jour de Noel quand même comme chaque année
 
 
 
 

 
 
 
Published in: on 27 décembre 2009 at 13 h 16 min  Laisser un commentaire  

« The Faro Game », le pharaon

 
   

      source de la photo: http://www.legendsofamerica.com/WE-Faro.html
 

    C’était le jeu le plus en vogue dans l’Ouest. Il y avait une table de Pharaon dans presque tous les saloons.

Ce jeu réunit un nombre illimité de joueurs qui peuvent miser en plaçant leurs jetons sur n’importe quelle case parmis les treize figurant sur le tapis vert.

Les cartes sont peintes.

 Quand les jeux étaient faits, un banquier donnait deux cartes prises dans le sabot, le plus souvent en argent massif  Ceux qui avaient misé sur la dernière carte perdaient ; les enjeux placés sur la deuxième carte étaient gagnants. Ceux placés sur d’autes cartes pouvaient soit y rester pour la partie suivante, soit être retirés. Si le banquier tirait une paire, la banque prenait la moitié de l’argent misé sur la carte jumelée. Certains banquiers peu scrupuleux mettaient beaucoup de paires dans le sabot.

 

 

Published in: on 21 décembre 2009 at 19 h 40 min  Laisser un commentaire  

Bill Doolin et son gang

 
   

 "Bill Doolin" (William Marion Doolin) est l’un des hors-la-loi le plus connu dans l’Ouest américain du siècle dernier. Il a attaqué tout comme d’autres bandits de cette époque des
gares, des banques, des diligences. Tout comme Jesse W. James, il arrivait aussi qu’on l’accuse de crimes dont il n’était pas l’auteur.
 
Il est le fils d’un couple de modestes fermiers installés dans l’Arkansas depuis de nombreuses années.
Il est né sur l’exploitation familiale située au coeur du comté de Johnson en 1858.
Trouvant le travail de ses parents fatiguant et misérable, il part à peine âgé de 20 ans dans les territoires indiens de l’Arkansas ou il deviendra cow-boy en 1881 dans l’un des plus
importants ranchs de l’état. Il le restera pendant 10 ans.
 
En 1891, il commence sa carrière de hors-la-loi et celà démarre par fusillade meurtrière avec ses collègues de travail à Coffeyville au Kansas.
Bill Doolin s’associe ensuite au gang des Daltons pour mener à bien ses expéditions. Les attaques à main armée débutent alors:
 
. Le 15 Juillet 1892: prise d’assaut de la petite gare d’Adair dans l’Oklahoma puis attaque plus importante: celle des deux principales banques de la petite bourgade de Cofferville au
Kansas le 5 Octobre 1892. Bill ne participa pas à ce raid avec le gang Dalton bien que ça soit lui qui ait lancé ce plan car d’après les historiens, il a fait une sévère chute avec son
cheval à cause d’un passage difficile à franchir en pleine nuit.
. En 1893 Il épouse la jeune fille d’un pasteur, fait des petits boulots mais celà ne durera pas longtemps car il finit par retrouver ses anciennes habitudes de hors-la-loi.
 
C’est alors qu’il recompose son gang qu’il compose des anciens du gang Dalton et de nouveaux hommes. Avec un plus: William Dalton le secondera dans son rôle de chef.
 
Toujours en 1893, Doolin et ses hommes attaquent un train à Cimarron, Kansas.
 
La police arriva et trouva les quatre bandits. Le chef s’appelait Chris Maden. Elle essaya de capturer les hommes, ceux-ci se cachèrent dans le décor naturel puis tout le mode se tira dessus. Il n’y eu pas de blessés à part Bill qui reçu une balle dans le pied par une Winchester 1892 de calibre 44-40 tirée par Madsen au moment ou il remonta à cheval pour ensuite s’enfuir. Ce qu’il fut puis il fut soigné dans le territoire de l’oklahoma.
 
1893-1895: Le gang prend le nom de "Oklahombres" Ce nom vient du fait que le gang intevenait essentiellement sur le territoire de l’Oklahoma.
 
Les collaborateurs de Bill Doolin sont:
 
Charley Pierce alias "Red Buck"/ Bob Grounds/ Tulsa Jack Blake/ Little Dick West/ Dick Clifton alias Dynamite Dick/ Roy Daugherty alias Arkansas Tom Jones
Georges Waightman/ Little Bill Raidler/ Bitter Creek Newcomb/ Alf Sohn/ Ol Yantis/ Little Breeches (Jennie Stevens) / Cattle Annie (Annie Mc Dougal).
 
nb: Cattle Annie et Little Breeches ont rejoint le gang Doolin après avoir été arrêtées par le marshal Tighman en 1894 près de Pawnee en Oklahoma puis elles furent placées dans une institution de Massachussetts et on n’entenda plus parler d’elles.
 
source: "Les hors-la-loi de l’ouest américain" de Didier Bianchi éditions Crépin Leblond-1995
 
Published in: on 19 décembre 2009 at 22 h 24 min  Laisser un commentaire  

Toby Keith-American Soldier

   « American Soldier »

source de l’image: <a href= »http://www.free-foto-animation-digital-images.blogspot.com » target= »_blank »><img src= »http://i10.photobucket.com/albums/a137/tephies/Military/m3.gif

cliquez sur le lien ci-dessus pour voir le clip de Toby Keith

Published in: on 17 décembre 2009 at 19 h 48 min  Laisser un commentaire  

les droits d’auteur

 
 
Je m’apprêtais à écrire sur le gang des Younger mais une petite note au sujet des droits d’auteurs. Après, je m’y remets
 
     Voilà ce qu’il s’est passé durant ce fameux hold up très connu comme ayant échoué. Dommage pour les bandits!
Le site de liveauctioneers m’a appris 2 ou 3 trucs, je site leur source car j’ai simplement fais une synthèse de ce qu’ils avaient écris mais il faut savoir qu’il faut noter les sources des auteurs de qui on traduit les textes sinon c’est illégal.  Et oui! Après si on tourne le texte qu’on a étudié à sa manière, je ne sais pas s’il faut toujours citer l’auteur mais moi je le fais toujours par précaution lol
 
Par contre si je prends une 10 aine de documents que j’étudie et que j’en fais une synthèse, il se peut que j’ai le droit de mettre le texte que j’ai écris à mon nom, en général dans ce cas là je le fais. Aussi si la traduction vient de moi, je mets "traduit par moi". lol
 
"….."  lol!!! j’aime pas trop citer entre guillements par exemple les phrases que les auteurs ont dites mais je me force à le faire car c’est obligatoire. Tabarnac!!!!
Calisse!!!!!!
Published in: on 17 décembre 2009 at 17 h 57 min  Laisser un commentaire  

Toby Keith- Shock’N’Y’all

       
 
            J’ai acheté il y a pas longtemps cet album de Toby Keith, je l’adore Il est sorti en 2003.
Sa musique est dynamique et cool à la fois, ça relaxe et ça donne la pêche en même temps, dépaysant! J’aime beaucoup sa voix
Il est super ce chanteur!!!! 
 

 http://www.tobykeith.com/

Son site est bien complet: musique, concerts, vidéos ect…

      
Published in: on 17 décembre 2009 at 12 h 16 min  Laisser un commentaire